L’Apprenti Epouvanteur de Joseph Delaney

Présentation :

Auteur: Joseph Delaney

Genre: Jeunesse, épouvante

Date: mars 2005

Édition: Bayard

Résumé :

« L’Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es nôtres dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable. ».

Thomas Ward le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maitre est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire … Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence …

Avis :

Cela fait un petit moment que cet article traine dans mes brouillons. Je l’ai relu plusieurs fois n’étant pas satisfaite de ce que j’y disais, mais aujourd’hui le déclic s’est fait et j’ai enfin trouvé comment vous parler de ce livre.

Comme beaucoup, j’ai entendu parler de l’épouvanteur car c’est l’une des séries fantastiques préférées de bon nombre de personnes. J’étais passée totalement à côté au moment de sa sortie, mais plus on m’en parlait plus j’avais envie de la découvrir. Cependant, plus j’attendais plus la série qui comptait déjà un nombre de tomes impressionnant continuait de grandir. Maintenant qu’elle est finie, je sais au moins dans quoi je me lance (quoi qu’une seconde série est en train de voir le jour…). J’ai fini par franchir le pas car je cherchais un livre un peu effrayant mais pas trop. Je ne suis pas faite pour les films d’horreur et c’est presque pire avec les livres car c’est mon cerveau qui imagine et il n’a pas de limite dans les détails. Aussi, je me suis dit qu’avec un livre jeunesse je ne risquais pas grand-chose. Quelle erreur ! Une scène en particulier a marqué mon esprit et je ne m’attendais pas à ressentir des tels frissons. Ça m’a vraiment prise par surprise, surtout que je ne connaissais pas du tout la légende de la Mère Malkin. Mais c’est le niveau d’horreur que je peux gérer. Juste ce qu’il faut de peur pour frissonner mais assez calme pour que je puisse dormir la nuit (et je tiens beaucoup à mon sommeil).

J’ai été très rapidement plongée dans l’histoire. Dès l’arrivée de l’épouvanteur je voulais en apprendre plus sur lui. L’univers mis en place par l’auteur semble vraiment riche et on sent bien dans ce premier tome qu’on ne fait qu’effleurer la surface. Cependant, on voit déjà se mettre en place une mythologie complexe faite de monstres et de créatures en tout genre. J’ai hâte de voir ce que nous réservent les tomes suivants ! Pourtant, malgré tous ses teasers, le premier tome mène correctement une histoire de A à presque Z. Ce que je reproche souvent au premier tome surtout dans la jeunesse c’est d’être un long prologue qui met juste les choses en place pour la suite (exactement ce que je reproche au premier tome de l’Académie d’Amélia Drake). Mais ici on n’a pas ce problème du tout ! Dans ce début de saga, on se retrouve dans une histoire qui se suffit à elle-même, bien que parsemée d’assez de mystères pour nous donner envie de continuer. Et quelle histoire ! Alors certes, il y a des choses qu’on peut deviner au cours de la lecture mais ça ne gêne pas puisque l’auteur arrive quand même à nous surprendre sur de nombreux points.

Ce premier tome est porté par une ambiance d’outre-tombe qui imprègne le récit, les lieux mais aussi les personnages. Ils ne se laissent pas facilement comprendre. J’ai été fascinée par la mère de Thomas et son don si particulier mais j’ai eu du mal à la cerner et à comprendre la raison derrière ses agissements. Pour dire vrai, ce premier tome en entier est assez mystérieux. On sent qu’il se joue énormément de choses derrière ce qu’on perçoit. Les personnages sont encore enveloppés de larges parts d’ombres et on suit tout cela du point de vue de Thomas, qui est jeune et encore inexpérimenté ce qui renforce ce flou. C’était assez perturbant. Je ne savais pas si je pouvais avoir confiance et j’ai adoré ça car du coup j’étais tout le temps sur mes gardes. J’ai trouvé Thomas parfois un peu naïf. Cependant, contrairement à ce qui arrive souvent quand je croise ce genre de personnage, il ne m’a pas agacée et je lui ai aisément pardonné. Mais le personnage que j’ai vraiment adoré est celui d’Alice. Pendant toute l’histoire je ne savais pas quoi penser d’elle et j’ai adoré ça ! Avec elle impossible de prévoir comment les choses vont tourner. Elle rend tout incertain et inattendu. En plus, on sent un personnage qui va gagner en complexité quand il va se développer et c’est mon péché mignon.

Conclusion :

Vous l’aurez compris, malgré tout ce que j‘ai entendu sur cette série, j’ai réussi à me faire surprendre et j’ai adoré ça. J’ai frissonné mais sans mourir de peur et surtout j’ai fait la rencontre de personnages que j’ai hâte d’apprendre à connaitre encore plus. Je pense que je  vais cependant attendre Halloween pour me lancer dans le tome 2 car je trouve que ça colle parfaitement à cette période.

Est-ce que vous l’avez lu ? Est-ce qu’il vous a fait le même effet ?
Et si vous ne l’avez pas lu, est-ce qu’il vous tente ?

Citation:

« La pluie se mit à tomber. Froide, serrée, elle me cinglait le visage. Mon père l’aurait qualifiée de « pluie qui mouille ». Toutes les pluies mouillent, évidemment. Mais certaines semblent plus déterminées que d’autres à vous tremper comme une soupe. C’était le cas de celle-ci, et je me hâtais vers la demeure de l’Epouvanteur. »

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Mon fils a commencé la série mais n’est pas allé jusqu’au bout, je crois qu’il était trop petit !

    Aimé par 1 personne

    1. Maïssa dit :

      Je ne sais pas quel âge a ton fils mais il me semble que la série est conseillé à partir de 11 ans je crois parce que certaines scènes peuvent faire peur. Il pourra recommencer plus tard.
      On a tous des livres qu’on a rencontré trop tôt et découvert plus tard. Personnellement j’avais commencé Le Seigneur des Anneaux à 11 ans et c’était clairement trop complexe pour moi. Par contre j’ai adoré ma lecture une dizaine d’année plus tard.
      J’espère que ça lui plaira si il s’y remet un jour.

      J'aime

      1. Il aura 12 ans le mois prochain 😉 je lui rappellerai de tenter !

        Aimé par 1 personne

      2. Maïssa dit :

        J’espère que ça lui plaira !
        Chez moi on ne fête pas les anniversaires en avance (question de superstition) mais je le pense très fort ^^

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s