L’univers de Wonder de R. J. Palacio : une belle leçon d’humanité

Présentation :

Auteure : R.J Palacio

Genre : Jeunesse

Date : janvier 2013

Édition : PKJ

Synopsis :

« Je m’appelle August. Je ne me décrirais pas. Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire ».

Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd’hui, pour la première fois, ses parents l’envoient au collège … Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux ?

Avis :

Cela fait un moment déjà que j’ai lu ce livre car je voulais absolument lire les nouvelles qui l’accompagnent avant de faire mon article. Comme j’ai également vu le film il y a peu, c’était l’occasion rêvée pour enfin vous en parler.

Wonder n’est pas le genre de livre que je lis habituellement. Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre en me lançant et j’étais un peu inquiète de me trouver dans quelque chose d’un peu déprimant. Au final, une fois que je me suis faite à l’histoire j’ai découvert un petit bijou d’humanité, mais pas forcément là où on peut s’y attendre.

Comme le laisse entendre le synopsis, ce livre nous raconte l’histoire d’August, surnommé Auggie par ses proches, un petit garçon né avec une malformation faciale. Comme je l’ai dit, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’avais peur de tomber sur un livre un peu déprimant ou au contraire sur un livre où tout est rose et tout est bien dans le meilleur des mondes. Soyons clair : il y a un peu de ça dans Wonder. Le livre tombe parfois dans le cliché du gentil héro différent des autres, mais qui affronte l’adversité avec courage. August est adorable. On ne peut qu’être touché par son histoire. Il n’a jamais eu d’amis tant les autres enfants ont peur de son apparence. Il n’a jamais été à l’école. Mais d’un autre côté, ses parents l’ont toujours protégé, voir couvé. Il est profondément aimé et ses parents ont construit leurs vies autour de lui. Le message du livre est donc qu’en dehors de son apparence, Auggie est comme tous les autres enfants. Il est fan de Star Wars (rien que pour ça, il ne peut être que quelqu’un de bien), adore jouer avec son chien, etc. On est forcément touché par ce personnage et on se place tout de suite de son côté lorsqu’il arrive dans une école où tout le monde le rejette sans même le connaitre. Mais là où le livre sort de ce qui n’aurait pu être qu’une suite de bons sentiments c’est dans l’évolution d’Auggie. Peu à peu, il s’émancipe et montre un caractère parfois égoïste. À certains moments, je le trouvais franchement insupportable. Avec le recul, je me rends compte que c’est une bonne chose car c’est la preuve ultime qu’il est comme les autres. Auggie n’est pas parfait et ça le rend bien plus complexe

Cependant, plus que l’évolution d’Auggie, ce qui fait pour moi toute la force de ce livre est la palette de personnages qu’il nous présente. L’histoire est racontée du point de vue d’Auggie bien sûr, mais aussi de sa sœur Via, de Justin, l’ami de Via, de Jack et Sumer, les amis d’August. Ce sont ces autres personnages et leur vision de choses qui rendent le livre encore plus complexe et d’autant plus touchant. Grâce à eux, on s’éloigne du livre un peu cliché. Grâce à eux encore, on se rend compte de tout l’amour qui entoure August, de comment sa vie particulière affecte celle des autres. Le personnage qui illustre le mieux cela est aussi celui qui m’a le plus touchée : Via, la grande sœur. C’est une jeune fille qui est toujours placée au second plan à cause de son frère. Elle l’accepte car elle l’aime profondément, mais elle voit dans son entrée au lycée une chance d’exister un peu pour elle-même, en dehors d’Auguste. Elle est partagée par son besoin d’indépendance et sa culpabilité d’en avoir envie. J’ai été bouleversée par ce personnage. Je me suis même plus attachée à elle qu’à son frère.

Les autres personnages secondaires ne m’ont pas laissée indifférente non plus. Ils apportent beaucoup au récit et ils nous permettent de remettre en perspective l’histoire d’Auggie. Jack, un des amis d’August, par exemple, nous montre un autre aspect que nous n’aurions pas pu voir si nous n’avions suivi que le point de vue du personnage principal. J’ai beaucoup aimé Jack dès l’instant où on le rencontre. C’est un personnage plus complexe qu’il n’y parait. Grâce à lui, on comprend mieux le harcèlement scolaire dont est victime Auggie, sans jamais l’excuser. Comme la plupart des personnages, il connait une très grande évolution au cours du roman. C’est leur bonté et la puissance de leurs émotions ainsi que leur évolution qui rend ses personnages terriblement humains. Si vous suivez le blog depuis un moment, vous savez que j’ai un faible pour ce type de personnages.

Le seul personnage qui ne répond pas à ce schéma est Justin. Il est un ami de Via, mais il permet surtout le pas de côté sur la situation entière. N’étant pas lié à August, il apporte un point de vue totalement extérieur. C’est une bouffé d’air frais bienvenue qui permet de remettre les choses en perspectives, surtout par rapport à Via. La seule chose qui m’a perturbé avec son point de vue c’est la typographie qui lui est associée. En effet, Justin est définitivement fâché avec les majuscules. Et je me suis très vite rendu compte que c’était insupportable. Ça ralentit la lecture ! Et, honnêtement, je n’ai pas compris l’utilité de faire ça. Ça sort tellement de nulle part que j’ai cru que c‘était une erreur d’impression. Après avoir vérifié dans la version de poche, je dois me rendre à l’évidence : c’était totalement voulu. Mais je n’ai toujours pas compris pourquoi, ni s’il y avait un message derrière. Si quelqu’un a l’explication ou une idée, n’hésitez pas à venir le dire en commentaires ! Vous résoudriez un grand mystère pour moi.

En conclusion :

J’ai beaucoup aimé ce livre. Il ne paye pas de mine comme ça et le résumé ne fait pas vraiment rêver. Pourtant, comme le dit le texte de quatrième, il ne faut pas juger un livre à sa couverture ou un garçon à son apparence. Il est très difficile de mettre des mots sur la palette d’émotions que vous allez ressentir en le lisant. C’est une histoire profondément humaine et touchante.

Le film :  

Je suis tombée sur le film par hasard, il n’y a pas si longtemps, donc je ne résiste pas à vous en dire un petit mot. C’est une adaptation assez fidèle du livre. On suit au mot près la plupart des épisodes et la multitude de points de vue est assez bien rendue. On perd un peu la complexité du caractère d’Auggie mais on découvre plus la vie de sa mère et de Miranda, ce qui contrebalance un peu. J’ai été assez bluffée par le jeu des acteurs. Comme le livre, le film est touchant et est un vrai feel-good qui nous apprend l’importance de la bienveillance.

Les nouvelles : Auggie & me : three wonder stories

Après le succès de Wonder, R.J Palacio a sorti un recueil de trois nouvelles qui accompagne l’histoire principale. Comme elle le souligne dans l’introduction, ce ne sont pas des suites mais vraiment des compagnons à l’histoire, qui permettent de voir la vie d’Auggie et son impact sur les gens d’un autre œil. Au programme : Julian, le harceleur d’Auggie, Chistopher, son plus ancien ami, et Charlotte, une fille qui l’accueille mais qu’on a peu revu ensuite. J’étais un peu sceptique sur l’utilité de ces nouvelles mais après lecture je dois reconnaitre qu’elles sont absolument indispensables !

L’histoire de Julian est fondamentalement ce qui manquait à Wonder. Au début, je ne pensais pas que l’auteure réussirait à me faire changer d’avis sur ce personnage. Pourtant, le fait de voir les choses à travers ses yeux permet ce volte-face. R.J. Palacio réussi l’exploit de nous permettre de comprendre les actions de Julian sans jamais les excuser ni les minimiser. J’ai particulièrement été bouleversée par l’histoire de la grand-mère. Je ne m’attendais pas du tout à un tel bijou au milieu de l’histoire de Julian. Par contre, j’ai un léger bémol sur le caractère des parents que je trouve un peu caricatural.

La seconde histoire est celle de Christopher, l’ami d’enfance d’Auggie qui a déménagé au loin. Assez peu présent dans le roman, il prend cette fois-ci toute sa mesure et apporte un joli contrepoint à la vision qu’on avait d’Auggie. Il complète l’histoire de Via, au sens où il montre que ce n’est pas toujours simple d’être l’ami d’Auguste, mais plus que ça, avec lui on se rappelle à quel point ce n’est pas toujours simple d’être un ado. En 24h à ses côtés, je me suis retrouvée face à des questions de loyauté, de popularité, de liens parents-enfants, mais surtout d’amitié. C’est très dur de vous en dire le moins possible. Mais au même titre que l’histoire de Julian, celle-ci vaut vraiment le détour. C’est encore une fois un petit bijou d’humanité.

Et pour finir, on retrouve Charlotte. C’est la nouvelle qui m’a le moins convaincue. Un peu comme avec Christopher, on découvre les affres de l’adolescence, ce moment où les gens qu’on a toujours connus changent et où les amitiés sont remises en question pour des histoires de popularité. J’ai eu un peu de mal avec le personnage de Charlotte dans le roman et cela s’est confirmé ici. Je la trouve un peu superficielle dans son désir de perfection et de popularité. Pourtant, elle a un bon fond. Au cours de la nouvelle, on la découvre attachante, ouverte sur le monde et empathique. De plus, cette nouvelle a une qualité : elle montre un nouveau point de vue. Charlotte n’est ni pour Auggie ni contre lui. Elle est gentille mais garde ses distance pour en pas être rejetée par les autres. Soit ce qu’aurait fait la grande majorité des personnes. Malheureusement, cet aspect se perd dans son histoire personnelle qui prend le pas et qui, même si celle-ci est touchante, n’a, pour moi, pas grand intérêt. On parle surtout de popularité et des amitiés qui se forment en dehors de l’école mais qui ne peuvent pas exister devant les autres, car les filles appartiennent à des groupes trop différents. C’est une jolie morale, mais des trois c’est celle qui m’a le moins touché.

En bref : Si vous avez aimé Wonder, foncez ! Ces nouvelles sont un beau complément et apportent au livre une nuance supplémentaire. Elles montrent aussi que l’humanité contenue dans Wonder se retrouve en chacun de nous et c’est un message magnifique.

Est-ce que vous l’avez lu ? Est-ce qu’il vous a fait le même effet ?
Et si vous ne l’avez pas lu, est-ce qu’il vous tente ?

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Petite Plume dit :

    J’avais bien aimé le roman, je n’ai toujours pas vu le film mais c’est prévu un de ces 4 !
    Je trouve intéressant de présenter ensemble le roman, le film et les nouvelles. D’habitude je ne lis jamais les spin-off car j’ai toujours l’impression qu’ils n’ont pas trop d’intérêt à part faire plaisir aux fans ou surfer sur la vague, mais de ce que tu en dis celles-ci ont l’air d’apporter vraiment quelque chose !

    Aimé par 1 personne

    1. Maïssa dit :

      Merci. Je suis ravie que mon article t’ai plu. D’habitude je suis très méfiante sur les spin-off, un peu comme toi. Mais là, on m’avait offert les nouvelles alors je me suis lancée et j’ai beaucoup aimé.
      Je te souhaites un bon visionnage du film !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s