Bilan du Cold Winter Challenge

Le Cold Winter Chalenge est terminé ! Fini les lectures sous le plaid à hiberner. Pour moi, ça a été trois mois de lecture intense et pour une fois j’ai (presque) fini ma PAL et j’ai même complété toutes les sous-catégories alors même que le medival-a-thon est venu s’immiscer au milieu ! D’ailleurs, certaines lectures ont compté pour les deux. Mais je suis super fière de moi. Comme chaque année, c’est le challenge que j’attends avec le plus d’impatience car que ce soit au niveau des menus ou des échanges sur les différents réseaux j’y trouve toujours mon bonheur. En plus, ça colle pile avec la magie dont j’ai besoin pendant les fêtes de fin d’années.

Trêve de bavardages. Il est temps de vous présenter mes lectures.

Pour un détail des règles et ma PAL complète de cette année, je vous renvoie à l’article où je présentais l’édition 2020-2021 du challenge.

Under the mistletoe :

Synopsis : Je t’ai laissé quelques indices.
Si tu veux les avoir, tourne la page.
Sinon, repose ce carnet sur l’étagère, s’il te plaît.
Quand Dash met la main sur un mystérieux carnet rouge dans sa librairie préférée, il est loin de se douter qu’il est sur le point d’embarquer dans l’aventure d’une vie. Il découvre au fil des pages une liste de défis.
Un peu mélancolique à l’approche de Noël, il décide de suivre les instructions du carnet, qui l’emmèneront aux quatre coins de la ville qui ne dort jamais, dans les pas de Lily…

Comme je le disais dans la présentation, c’est un livre que j’avais repéré avant même qu’il soit publié en français. J’ai donc profité de Noël pour le lire (et regarder la série dans la foulée). C’est le genre de livres que je ne peux aimer qu’au moment des fêtes : c’est drôle, léger, rempli de bons sentiments et, certes on voit la fin arrivée à 10 kilomètres, mais on prend quand même énormément de plaisir à la lire. Personnellement, j’ai adoré le principe des défis qui poussent chacun des personnages à sortir de sa zone de confort et le fait que pendant une grande partie du récit ils ne se connaissent pas. J’ai eu un coup de cœur pour ces personnages diamétralement opposés mais qui ont réussi à me séduire chacun à leur manière. Bref, une petite lecture bien sympathique, idéale pour Noël.

Raclette :

Synopsis : Auggie n’est pas un garçon comme les autres, et son arrivée au collège va bouleverser la vie de ceux qui l’entourent.
Julian, le petit dur de l’école ; Christopher, son ami d’enfance ; Charlotte, sa camarade de classe, nous emportent chacun dans leur propre récit pour nous révéler comment Auggie a changé leur vision du monde à jamais…

J’hésitais entre deux livres pour cette catégorie et j’ai finalement opté pour Auggie & me, histoire de finir ma découverte de l’univers de Wonder (l’article arrive bientôt, c’est promis). En commençant ma lecture, j’étais dubitative sur l’utilité de revenir sur cet univers. Pour moi, le livre se suffisait à lui-même. Et j’ai la joie de vous annoncer que je me suis trompée. J‘ai beaucoup de mal avec le format des nouvelles (trop court à mon goût, mais ça on y reviendra pour un autre livre) mais là, en quelques pages, l’auteure réussit à me faire changer ma vision de l’un des personnages principaux de Wonder ! Ces trois nouvelles prolongent le message du livre principal, mais vont plus loin en parlant aussi d’adolescence et de tout ce que ça engendre en termes de relations avec les autres. J’ai été bluffé et j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ces trois histoires.

Danse de la Fée Dragée :

Synopsis : Alors que les guerres napoléoniennes font rage, le jeune capitaine Will Laurence fait une découverte qui va changer le cours de sa vie. Son vaisseau vient en effet de capturer une frégate française et sa cargaison : un œuf de dragon très rare.
Les dragons sont utilisés dans les combats aériens par la plupart des nations. Mais celui que va découvrir Will n’est pas tout à fait comme les autres…
Ainsi commence l’histoire d’une amitié indéfectible entre le fabuleux dragon Téméraire et son jeune pilote. Ensemble, ils vont devoir apprendre les tactiques périlleuses de la guerre aérienne. Car la France, dirigée par un Bonaparte plus audacieux que jamais, rassemble ses propres créatures pour transporter ses troupes sur le sol britannique. Laurence et Téméraire se préparent à subir leur baptême du feu !

J’ai beaucoup aimé cette histoire qui est vraiment unique en son genre. Des dragons en pleines guerres napoléoniennes ! Il fallait oser ! Même si le langage est très châtié et qu’il faut parfois aller chercher la signification, j’ai adoré me plonger dans cette histoire. Cela vient en grande partie des personnages principaux et en particulier de Téméraire qui est aussi passionnant que touchant. Mes lacunes historiques ont fait que j’étais parfois un peu perdue et que j’ai eu du mal à me situer sur le moment où ça se passait. Mais cela n’enlève rien au plaisir de la lecture. D’ailleurs, je compte bien continuer cette saga qui s’annonce pleine de rebondissements et de batailles.

Yule

Synopsis du tome 1 : La légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde n’avait, depuis longtemps, inspiré un roman d’une telle envergure, d’un pareil souffle. Merlin l’Enchanteur, Arthur et son invincible épée, Lancelot du Lac et ses vaillants compagnons, tous sont présents mais ce sont ici les femmes qui tiennent les premiers rôles : Viviane, la Dame du Lac, Ygerne, duchesse de Cornouailles et mère d’Arthur, son épouse Guenièvre, Morgane la fée, sœur et amante du grand roi…
Cette épopée envoûtante relate la lutte sans merci de deux mondes inconciliables, celui des druides et des anciennes croyances défendant désespérément un paradis perdu et celui de la nouvelle religion chrétienne supplantant peu à peu rites et mystères enracinés au cœur de la Grande-Bretagne avant qu’elle ne devienne l’Angleterre.

J’avais hâte de me lancer dans le second tome des Dames du Lac. J’avais gardé un très bon souvenir du premier et même si le second est un poil en dessous, ça reste une merveille. Je sais qu’il existe d’autres tomes, mais pour moi ça restera un diptyque. Avec ces deux livres on a toute l’histoire de la Table-ronde de la naissance d’Arthur (et un peu avant) à sa chute. J’ai trouvé passionnant la façon dont Marion Zimmer Bradley parvient à rendre la religion d’Avalon et son combat pour exister face au christianisme balbutiant mais conquérant. Pour moi, cette histoire restera surtout celles de femmes fortes : Ygerne, Viviane, Morgause, Guenièvre (que j’adore détester), mais surtout Morgane qui a su me séduire et me fasciner. Cette duologie est vraiment écrite d’une main de maître et mérite d’être lu au moins une fois.

Reine des neiges

Dans cette catégorie, je n’ai pas lu un mais deux livres sur le féminisme. Les livres étant des ouvrages de non-fiction avec des partis-pris très forts, il est assez difficile de vous donner un avis.

Synopsis : En racontant pour la première fois comment elle est devenue Virginie Despentes, l’auteur de Baise-moi conteste les discours bien-pensants sur le viol, la prostitution, la pornographie. Manifeste pour un nouveau féminisme.

La King Kong Théorie est le cri du cœur de Virginie Despentes contre le patriarcat. Elle réclame qu’on repense l’égalité entre les sexes dans tous ses aspects, même ceux auxquels on ne pense pas forcément : la prostitution, par exemple. Son propos s’appuie en grande partie sur son expérience personnelle, ce qui peut amener à débat, mais les idées qu’elle avance, quoi que radicales, méritent d’être posées. J’ai beaucoup aimé réfléchir avec elle (que je sois d’accord ou non avec son point de vue) et j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre.

Synopsis : Tremblez, les sorcières reviennent ! disait un slogan féministe des années 1970. Image repoussoir, représentation misogyne héritée des procès et des bûchers des grandes chasses de la Renaissance, la sorcière peut pourtant, affirme Mona Chollet, servir pour les femmes d’aujourd’hui de figure d’une puissance positive, affranchie de toutes les dominations.
Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ? Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante – puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant — puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée – devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.
Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

Même sujet ou presque mais style très différent. Cette fois, on se trouve face à un essai quasi universitaire sur l’influence que la chasse aux sorcières a eu sur la façon dont la société perçoit les femmes. À partir de quatre archétypes de sorcières on va évoquer un très grand nombre de sujets : l’indépendance féminine, le désir d’enfants et la maternité, la vieillesse, le rapport au corps, aux savoirs et aux figures d’autorité. J’ai trouvé ça passionnant. Encore une fois, je ne suis pas d’accord avec tout mais ça a l’avantage de poser les questions. J’ai trouvé ce qu’elle dit sur la maternité et le rapport au corps médial particulièrement fascisant. Elle apporte des témoignages qu’on entend quasiment jamais (des mères qui regrettent d’avoir eu des enfants tout en les aimant profondément ou des médecins ayant conscience d’être maltraitants). C’est percutant et j’ai adoré. Je vais essayer de vous en faire un article car ça mérite vraiment que je vous en parle plus en détail.

New Year, New Me

Synopsis : Kiko Himura ne s’est jamais sentie à sa place. Avec une mère qui la rabaisse tout le temps et son métissage japonais qui la rend différente aux yeux des autres, elle préfère se rendre invisible, certaine qu’une fois qu’elle aura intégré l’école d’art de ses rêves tout s’arrangera. Car Kiko mise tout sur son avenir, l’esquisse d’un bonheur si proche… Pourtant, quand elle croise par hasard Jamie, son amour d’enfance, et que sa mère lui annonce le retour dans leurs vies de la personne qu’elle déteste le plus au monde, c’est son passé qui resurgit…

C’est un des livres que j’avais le plus hâte de lire. J’ai attendu le nouvel an pour pouvoir commencer mon année avec. C’est très dur de vous en parler car ce livre fait résonner quelque chose de très personnel. C’est un feel-good hyper motivant qui nous montre que quelque soit les mauvaises cartes que la vie nous donne on peut s’en sortir. J’ai tout de suite eu une grande affection pour Kiko et un grand besoin de la protéger. J’ai été bouleversée par son histoire et la justesse de l’écriture de l’auteure, que ce soit dans sa description des sentiments ou dans le lien entre les personnages. Pendant une partie du roman, j’ai eu peur qu’on tombe dans la facilité avec une romance, mais pas du tout. C’est un beau roman sur la reconstruction. Il y a quelques facilités dans le scénario mais c’est largement compensé par une plume vibrante d’émotions.

Rennes du Père Noël

Synopsis : Willy le Jamaïcan est au comble de la fierté: il vient de pêcher une tortue géante. Renversée sur le dos, elle agonise en agitant ses grotesques nageoires… Des touristes contemplent la scène en riant. Seule une petite voix indignée s’élève, celle d’un tout jeune garçon…
Trois nouvelles de R.DAHL: L’enfant qui parlait aux animaux, L’auto-stoppeur et Le trésor de Mildenhall.

Je me suis lancée dans ce titre sans vraiment savoir de quoi il parlait. C’était juste le seul livre de ma bibliothèque qui rentrait dans cette catégorie. J’aurais mieux fait de me renseigner avant. J’adore Roal Dalh alors j’y ai été les yeux fermés. Sauf que ce sont des nouvelles … Pour être exact, ce sont trois nouvelles sans aucun lien entre elles. Je ne sais pas si c’est parce qu’elles sont très courtes ou parce que c’est de la jeunesse, mais je ne suis pas du tout rentrée dedans. Aucun suspense, aucun attachement à l’histoire voir même aucun intérêt pour moi. Bref, je suis passée totalement à côté.

Aurore Boréal :

Synopsis : « Sur la route » est centré sur le personnage obscur et fascinant de Dean Moriarty, alors considéré comme le chef de file de la Beat generation.
En révolte contre l’hypocrisie morale de l’Amérique bien-pensante, Jack Kerouac parcourt les États-Unis à la recherche d’un nouveau mode de vie.

Autre « déception » du challenge. Je pense que je suis passée totalement à côté de ce livre. Pire je ne l’ai pas compris. On suit le narrateur dans ses différents voyages à travers les États-Unis et autant j’ai aimé le trajet et les descriptions de Kerouac autant je n’ai réussi à cerner les personnages ni leurs personnalités ni leurs émotions. Par contre, la plume de Kerouac m’a frappée et séduite. Il écrit avec des grandes envolées, comme s’il devait terminer le plus vite possible afin de ne pas perdre son idée. Les phrases sont des respirations pleines de chemins de traverses, d’apartés et de points virgules, ce qui colle parfaitement avec l’idée du voyage.

Carol of the Bell :

Synopsis : Ketterdam – Quartier du Barrel : une ville grouillante de malfrats où tout s’achète si on y met le prix.
Ce principe, personne ne l’a fait autant sien que Kaz Bekker, dit « les Mains Sales ». Quand le voleur se voit offrir une mission impossible mais qui le rendra riche, il réunit son équipe : un soldat assoiffé de vengeance, un tireur d’élite accro au jeu, un jeune fugueur des beaux quartiers, une espionne défiant les lois de la gravité, et une Grisha aux puissants pouvoirs magiques.
Six dangereux hors-la-loi seuls capables de sauver le monde – s’ils ne s’entretuent pas avant…
(avis de Fanny ici)

J’ai terminé le challenge avec ce livre. J’ai aimé et en même temps je suis un peu mitigée. C’est la première fois que je me plonge dans un livre de cette auteure. C’est donc une totale découverte pour moi. J’ai adoré les personnages et l’univers qu’elle met en place. Déjà je partais convaincue tant j’ai un faible pour l’histoire centrée autour d’une bande de voleurs. Mais là on tombe sur un gang de haut niveau. Les personnages sont hauts en couleurs. Tous plus marquant les uns que les autres. Ils ont tous des passés incroyables et passionnants. C’est vraiment le gros plus de ce livre. Par contre, ça empiète sur l’action et la mission. Chaque chapitre est raconté par un membre du gang, mais souvent on a le droit à un flashback pour mieux comprendre ses actions. Cela enrichie considérablement l’histoire, mais la mission qu’ils doivent accomplir n’avance quasiment pas. Ça m’a vraiment gênée. Et ne parlons même pas de cette fin qui m’a tellement laissé sur ma faim. Je n’ai pas compris quand je suis arrivée sur les remerciements de l’auteure. J’avais l’impression qu’il manquait des chapitres !

Fantômes des Noël passés :

Synopsis : Été 1924, dans la propriété de Riverton.
L’étoile montante de la poésie anglaise, lord Robert Hunter, se donne la mort au bord d’un lac, lors d’une soirée. Dès lors, les sœurs Emmeline et Hannah Hartford, seuls témoins de ce drame, ne se sont plus adressé la parole. Selon la rumeur, l’une était sa fiancée et l’autre son amante…
1999. Une jeune réalisatrice décide de faire un film autour de ce scandale et s’adresse au dernier témoin vivant, Grace Bradley, à l’époque domestique au château.
Grace s’est toujours efforcée d’oublier cette nuit-là. Mais les fantômes du passé ne demandent qu’à se réveiller.

C’est mon coup de cœur et ma révélation du challenge ! J’ai adoré Les Brumes de Riverton ! Au programme de ce joli pavé : des secrets de famille, un manoir aristocratique au moment du basculement de la première guerre mondiale, des triangles amoureux, le bouleversement des années folles sur les mœurs et au milieu de tout ça : Grace. J’ai été séduite par elle dés le début. Une jeune bonne fascinée par les adolescentes du manoir et qui va devenir une vieille femme espiègle rattrapée par son âge et les secrets. Comme dans la plupart des romans de ce type, on se retrouve sur un jeu entre deux époques. J’ai beaucoup aimé la façon dont est raconté l’histoire. L’autrice prend son temps et nous plonge dans cette époque de tous les changements. Quand les pièces du puzzle commencent à s’assembler c’est juste incroyable. J’avais vu venir certaines choses mais pas la révélation finale ! Je vais très vite aller regarder du côté des autres livres de l’autrice parce qu’elle a vraiment une plume qui vaut le détour.

Frisonner sous un plaid

Synopsis : Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte.
Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu..

Un autre livre qui m’a laissé un avis un peu mitigé. Dans l’ensemble j’ai aimé le concept mais comme pour Six of Crows j’ai eu un souci avec la façon dont s’était fait. Le pitch est vraiment sympa et me semblait assez différent de ce que je pouvais lire d’habitude dans les polars. On a cette femme qui n’a rien à voir dans l’histoire. Elle aime juste imaginer la vie de ce couple depuis le train. et décide d’enquêter pour combler le vide de sa vie. Sauf que forcement vu qu’elle n’a rien avoir dans l’histoire, ça n’avance pas des masses. Arrivée au milieu du livre, je commençais à trouver le temps long tant ça tournait en rond. Bon au final, la résolution vaut le coup, même si je l’ai vu venir légèrement avant la fin. Ce qui m’a perturbé aussi c’est qu’aucun personnage n’est vraiment attachant. La seule qui au final a réussi à me toucher un peu c’est la disparue dont j’attendais les chapitres avec impatience. À la fin de ma lecture, je ne peux pas dire si j’ai aimé ou pas. Le début était bien, la fin nous tient en haleine, mais le livre souffre d’un gros passage à vide au milieu.

La Nuit du soliste

Synopsis : Un roman feel-good sur l’art de vivre à la danoise. Quand Alexandre, le rédacteur en chef de Chloé, journaliste intrépide et habituée des territoires en guerre, lui annonce qu’elle part séance tenante à Gilleleje, petit village côtier du Danemark, la jeune femme s’étrangle d’indignation. S’exiler dans un village paumé au nom imprononçable pour étudier le hygge danois et le bonheur au coin du feu ? Alors que rien ne lui file plus le bourdon que les gens heureux ? Ce qu’elle ignore, c’est que cette mission qu’elle prend comme une punition va changer sa vie pour toujours…Dans ce roman aux couleurs du Danemark, Caroline Franc raconte avec humour et tendresse le retour à la vie d’une jeune femme presque comme les autres.

J’ai lu ce livre pile le jour de Noël et je l’ai tout simplement adoré. Je n’en attendais pas grand-chose et je me suis juste laissée porter. C’est une histoire tout douce qui est aussi réconfortante qu’un gros plaid. Il s’agit d’une quête de soi au fin fond du Danemark dans le village le plus heureux du monde. Les personnages sont tous forts et attachants. Au début, j’ai eu la même réaction de scepticisme que le personnage et à la fin je n’avais pas envie de les laisser. Ce livre est tout petit, mais il a la taille parfaite. Ça ne traine pas en longueur, ça prend pile le temps qu’il faut et, ça, ça fait du bien. J’avais peur de trouver une romance trop forte, mais elle est quasiment absente pour mon plus grand bonheur. Bref, un livre doudou que je vais garder précieusement dans ma bibliothèque.

Grand enfants

Synopsis du premier tome de la première série (La Quête d’Ewilan) : La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule le jour où elle pénètre accidentellement dans un univers parallèle, nommé Gwendalavir. Elle ignore tout de ce monde où, pourtant, on semble la reconnaître sous le nom d’Ewilan. Accompagnée dans sa quête par son ami Salim, elle réalise qu’elle possède un don prodigieux et que tout un peuple l’attendait pour reconquérir sa liberté et sa dignité. Camille doit vite apprendre à maîtriser son pouvoir, l’art du Dessin…

J’avais hâte de retrouver Ewilan et toute la bande ! J’avais adoré la première trilogie et je n’avais qu’une envie : me jeter dans la suite. Je l’ai maintenant officiellement commencé. J’ai été un peu surprise au début. Le ton n’est pas tout à fait le même et surtout ça ne se passe pas au même endroit. Mais une fois passé quelques chapitres, j’ai retrouvé mes émotions et mes sensations uniques à cet univers. J’ai adoré ce retournement total de situation par rapport à la première trilogie. C’est une histoire passionnante. Certes, je n’apprends pas ce que je voulais sur Gwendalvir, mais on redécouvre et approfondi les liens entre les personnages. Ils gagnent tous en profondeur et certains en maturité. Un début très prometteur. J’ai hâte de voir la suite.

Vitrine de Noël

Synopsis : J’ai appris que l’on préparait un nouveau livre sur le Père Noël, c’est une excellente idée, évidemment : je suis quelqu’un de tout à fait passionnant ! Mais j’ai eu peur qu’en confiant cette tâche à un adulte, il aille encore dire tout et n’importe qui sur mon compte… Il paraîtrait même que certains d’entre eux racontent que je n’existe pas ! Voilà pourquoi je vous livre aujourd’hui mon grimoire personnel dans lequel vous découvrirez tous mes petits secrets… Le Père Noël

J’avais commencé ce challenge sans livre pour cette catégorie. Heureusement, Fanny m’a gentiment soufflé un album pour enfant tout doux. Je l’ai lu le soir du réveillon. Il est parfait pour attendre le Père Noël. J’ai beaucoup aimé la façon dont le mythe est réinventé. C’est drôle, mignon, touchant et empli de magie de Noël. Tout ce que j’attends d’un album jeunesse.

Chocolat chaud

Synopsis : Le Joker est enfin parvenu à ses fins : il a tué Batman au cours d’un duel explosif ! Mais à présent que son plus cher ennemi n’est plus, que lui reste-t-il à faire de ses journées ? Ainsi, l’ancien Clown Prince du Crime devient Joe Kerr, un simple citoyen de Gotham, et ne tarde pas à tomber amoureux. Mais l’ancien maniaque est-il véritablement devenu sain d’esprit ?

Pour finir l’année en beauté j’avais choisi de me plonger dans Fini de rire. Quand on connait mon amour pour le Joker ce n’est pas très étonnant. J’ai passé un super moment avec ce livre. Pour moi le Joker et Batman sont les deux faces d’une même pièce. Ce comics répond donc à une question que je me suis toujours posée : que se passerait-il si Batman disparaissait ? C’est super intéressant. On plonge comme rarement avant dans la psyché du Joker. Batman n’est pas en reste, car lui aussi est remis en question. Le tout porté par des dessins dignes de la série animée des années 90, qui reste culte pour tout fan de la chauve-souris. Un très très bon comics à mettre entre toutes les mains.

Voilà, c’est tout pour mes lectures du Cold Winter. Il y a eu du très bon et des déceptions (peut-être plus que d’habitude, mais je voulais sortir de ma zone de confort). Comme à chaque fois le challenge est à peine fini que j’ai hâte d’être l’hiver prochain pour remettre ça !

Et vous, est-ce que vous avez participé ?

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je suis contente que les livres que j’ai lu (et aimé) fassent partie de ceux que tu as aimé (King Kong théorie, Sorcières, Les brumes d’Avalon) ^^

    Aimé par 1 personne

    1. Maïssa dit :

      C’était des très bonnes lectures.
      D’ailleurs Sorcières c’est grâce à toi que je le connu. Alors merci infiniment pour l’avis inspirant que tu en avais fait. ça été une belle découverte !

      Aimé par 1 personne

      1. Oh ton commentaire me fait très plaisir, merci 🥰

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s