Bilan du Cold Winter Challenge

Il y a un mois que s’est terminé le Cold Winter Challenge … Je suis plus qu’en retard pour ce bilan, mais le mois a été mouvementé et ça a chamboulé mon emploi du temps. Il faut que je trouve un rythme avec mes nouvelles obligations, mais ne vous inquiétez pas le blog n’est pas abandonné !Le Cold Winter c’est le challenge que j’attends avec le plus d’impatience chaque année. Quand il a commencée, j’étais remontée à bloc, mais ensuite Star Wars, the Rise of Skywalker est sorti … et là c’est le drame ! J’ai développé une telle obsession pour cet univers que j’ai totalement délaissé mes lectures du challenge. Je suis donc loin d’avoir bouclé la PAL que je m’étais fixée. Mais je ne regrette vraiment rien, parce que j’ai beaucoup aimé m’immerger totalement dans un monde que j’adore (mais ça je vous en parlerais dans quelques temps quand je ferais un bilan de mes lectures Star Wars). Les quelques lectures que j’ai faites pour le Cold Winter Challenge m’ont vraiment mise dans l’ambiance magique de Noël et de l’hiver. Donc ça en valait la peine, mais j’espère l’année prochaine être un peu plus sérieuse sur ce challenge. Bon trêve de bavardage, il est temps de vous présenter mon bilan

Petit rappel des menus :

La Véritable histoire de Noël de Marko Leino
Nicolas perd ses parents dans une tempête alors qu’il n’a que cinq ans. Il est recueilli par un village, mais aucune des familles n’a les moyens de l’adopter. Le conseil du village décide que chaque Noël Nicolas changera de famille. Par reconnaissance et attachement, l’enfant va se mettre à offrir des cadeaux au moment de son changement de domicile. Une tradition qui va petit à petit faire de lui un héros qui fait rêver les enfants.
Ça a été un vrai plaisir de me replonger dans ce livre. Je l’ai lu en calendrier de l’avent au rythme d’un chapitre par jour. J’ai ainsi pu plonger petit à petit dans la magie de Noël et ce tout au long du mois. C’était parfois un peu frustrant de devoir s’arrêter au bout d’un chapitre, mais je me suis vraiment astreinte à respecter cette contrainte. La première fois j’avais été très surprise par le côté sombre de l’histoire et la rapidité de certains passages, cette fois je m’y attendais et en lisant lentement j’ai pu profiter de l’évolution des personnages et de l’ambiance du livre. Ça a été une vraie redécouverte.

Les Dames du lac de Marion Zimmer Bradley.
Tout le monde connait la légende du roi Arthur, de Merlin et des chevaliers de la Table-ronde. Mais connaissez-vous l’histoire des femmes qui ont entouré ces grands hommes ? De la mystérieuse Viviane, à la romantique Guenièvre en passant par la déterminée Ygerne, ce récit permet de redécouvrir leur rôle dans cette légende et dans un monde en pleine évolution où les croix des chrétiens combattent les brumes de la mythique Avalon.
Comme vous l’avez peut-être vu sur Instagram, j’ai enfin lu ce livre qui traînait dans ma PAL depuis presque un an et dans ma whish-list depuis plus du double. J’avais un peu peur en me lançant dans ce récit. J’adore les légendes arthuriennes mais c‘est aussi un de mes pires souvenirs de lecture d’enfance avec un livre que je me suis forcée à finir et que j’ai traîné pendant 6 mois. Mais là, je n’ai pas eu ce problème, dès la première ligne j’ai été totalement embarquée dans les brumes d’Avalon. La légende arthurienne du point de vue des femmes est juste passionnante. J’ai été charmée par le personnage de Morgane, parfait exemple de la femme forte et accomplie. Une vraie révélation ! J’essaierais de vous en parler plus longuement dans une chronique bientôt, parce que ce livre le vaux vraiment.

Shades of Magic de V.E Schwab
Il existe quatre univers séparés les uns des autres. Chacun a rapport diffèrent à la magie. Le Londres gris n’en connait rien. L’impitoyable Londres blanc se déchire pour le pouvoir des fragments qu’il en reste. Au sein du luxuriant Londres rouge, elle coule paisiblement. Mais il existe une quatrième monde, oublié, tabou, qui a été muré à cause de son usage perverti. Kel est l’un des rares a pouvoir passer d’un univers à l’autre. Mais le jour où une relique du Londres noir réapparait, il devient l’un des seuls à pouvoir sauver l’équilibre entre les mondes.
Enfin !!! Fanny m’avait mise au défi de lire ce livre en 2019. Par un procédé quasi-magique il a fallu que j’attende les derniers jours de l’année pour le faire, mais je ne le regrette pas. Comme très souvent avec les ordres conseils de Fanny, j’ai tout simplement adoré ! J’ai été totalement embarquée dans l’univers incroyable que propose Victoria Schawb. Cette auteure a vraiment une imagination sans limite et une plume enivrante. Je me suis fait piéger dès la première page et je n’ai pu que tout lire d’une traite. Le monde, les personnages, l’histoire, je n’ai vraiment rien à y redire. J’ai tout simplement adoré du début à la fin.

Les Salauds Gentilhommes de Scott Lynch, tome 1 : Les Mensonges de Locke Lamora.
« On l’appelle la Ronce de Camorr. Un bretteur invincible, un maître voleur. La moitié de la ville le prend pour le héros des miséreux. L’autre moitié pense qu’il n’est qu’un mythe. Les deux moitiés n’ont pas tort. En effet, de corpulence modeste et sachant à peine manier l’épée, Locke Lamora est, à son grand dam, la fameuse Ronce. Les rumeurs sur ses exploits sont en fait des escroqueries de la pire espèce, et lorsque Locke vole aux riches, les pauvres n’en voient pas le moindre sou. Il garde tous ses gains pour lui et sa bande: les Salauds Gentilshommes. Mais voilà qu’une mystérieuse menace plane sur l’ancienne cité de Camorr. Une guerre clandestine risque de ravager les bas-fonds. Pris dans un jeu meurtrier, Locke et ses amis verront leur ruse et leur loyauté mises à rude épreuve. Rester en vie serait déjà une victoire… »
La seconde recommandation de Fanny est un second coup de cœur. Comme quoi, je devrais vraiment l‘écouter plus souvent ! Ce roman est très dense. Et au début, j’ai été perdue par son passage du passé au présent sans que rien ne l’indique et les interludes qui se mêlent au récit et développent des aspects de la culture ou le passé de certains personnages. Cette structuration à première vue un peu complexe est finalement un des éléments qui font le charme du livre. Très vite, je me suis prise au jeu. Je suis tombée en adoration devant la bande des Salauds Gentilhommes. J’ai adoré chacun d’eux et malgré moi je me suis impliquée dans leurs aventures bien plus que je ne l’aurais cru. Je voulais absolument connaitre le fin mot de tout ça et bien des fois j’ai tremblé pour cette troupe peu commune. L’univers que met en place l’auteur est vraiment unique et d’une richesse comme j’en ai rarement vu en fantasy. Il y a une profondeur et une variété si riche qu’on pourrait s’y perdre, mais non. L’auteur sait nous mener où il veut et nous donner les informations qu’il faut pour qu’on ait l’impression de nous-même évoluer dans ce monde. L’histoire est d’une efficacité redoutable. Dans les premières pages, on tombe dans un engrange qui se révèlent au fur et à mesure de la lecture. Vraiment ce livre est juste incroyable et montre vraiment le talent fou de l’auteur.

Au niveau des bonnes résolutions, j’ai été assez légère. J’en ai finalement tenu que 2. Mais que voulez-vous, même dans la vie, les bonnes résolutions ce n’est pas mon fort.

Relire un livre de notre enfance : Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, le tome 8 : L’Arbre aux corbeaux de Lemony Snicket.
Je ne vais pas résumer ce livre car il s’agit d’un tome 8. Juste pour que vous puissiez situer : les Orphelins Baudelaire sont trois enfants qui ont perdu leurs parents dans un affreux incendie. Violette l’ainée est une inventrice dans l’âme, Klaus un lecteur invétéré et Prunille une toute petite fille qui a un don pour mordiller et ne s’exprime dans un langage que seuls ses ainés peuvent comprendre. Ces talents vont leur être d’une grande aide pour lutter contre les plans du Comte Olaf, un criminel, bien décidé à mettre la main sur la fortune Baudelaire par tous les moyens possibles.
Quand on me parle de livres de mon enfance, je pense très rapidement aux Orphelins Baudelaire. Avec les Harry Potter et Eragon, c’est l’une des premières séries que j’ai lu. Depuis quelques années, je me suis lancée dans une relecture très lente des mésaventures des Baudelaire. De temps en temps, je relis un tome. Cette fois-ci j’en étais à L’Arbre aux corbeaux. C’est l’un des livres qui marque un tournant dans la série. En le relisant, je me suis rendu compte que je n’en avais aucun souvenir. J’ai, comme toujours, été très heureuse de retrouver les très ingénieux Baudelaire. Comme lorsque j’étais enfant, j’ai été séduite par le ton inimitable des livres, les nombreuses interventions de l’auteur, les références et les mots érudits. Avec un regard adulte, j’ai bien sûr vu les répétions d’un tome à l’autre et j’ai résolu l’intrigue bien avant nos héros. Cependant, cela  ne m’a pas du tout gâché le plaisir. Dès que je l’ai ouvert, je suis redevenue cette petite fille qui s’émerveillait de l’ingéniosité de nos trois orphelins.

Lire de la non-fiction : Le livre du Hygge de Meik Wiking.
« Pourquoi les Danois sont-ils les gens les plus heureux du monde ? Pour Meik Wiking, directeur de l’Institut de recherche sur le bonheur à Copenhague, la réponse est simple : grâce au hygge.
Sans équivalent français, le terme  » hygge  » (à prononcer  » hoo-ga « ) évoque les notions de confort, du vivre-ensemble et de bien-être profond.  » Le hygge est une ambiance, une véritable atmosphère  » explique Meik Wiking.  » C’est profiter de ceux que l’on aime en passant du temps auprès d’eux, avec ce sentiment de se sentir chez soi, en sécurité.  »
Je ne vais pas trop m’étendre sur ce livre. Comme je le disais dans l’article où j’annonçais ma PAL, c’est une relecture. J’aime bien relire ce livre de temps en temps. Il me permet de me rappeler de ralentir et de profiter des petits plaisirs de l’hiver. En soit ces conseils ne sont pas révolutionnaires (soigner la lumière, profiter de bons petits plats à mijoter, etc.), mais c’est un bon rappel. Et lire ce livre a en soit un côté un peu hyggelist (ou cocooning si vous préférez) que j’aime bien. Je le garde donc précieusement pour le relire quand j’aurais perdu de vue les joies de coconner.

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s