Injustice Année 1 – Les Dieux Sont Parmi Nous parties 1 et 2

Présentation : 

Scénariste : Tom Taylor

Dessinateurs : Jheremy Raapack, Mike S. Miller

Editeur : Urban Comics (DC Comics)

Date : Février 2015

Synopsis officiel de la première partie : 

Manipulé par le Joker, Superman tue la mère de son enfant à naître : Lois Lane. Fou de rage, l’Homme d’Acier s’en prend directement au Clown Prince du Crime et l’arrache des mains de Batman pour lui ôter la vie. Cet assassinat de sang-froid marque le début d’une ère sombre pour les héros de la Ligue de Justice. Une ère où chacun devra choisir soigneusement son camp : rejoindre la croisade aveugle de Superman contre le crime ou entrer en rébellion aux côtés de Batman.

Mon Avis : 

Injustice est avant tout un jeu vidéo très aimé des fans de l’univers DC Comics. Une série de comics a été créée il y a quelques années pour servir de prequel à ce jeu. Il s’agit donc d’une histoire à part de la continuité ce qui permet de laisser BEAUCOUP de liberté au scénariste qui peut s’amuser à tuer des personnages importants assez souvent sans changer pour autant les séries titres. Et c’est bien ça que j’aime tant dans ces comics : il y a de vrais conséquences ! Dans les séries titres, il est impossible de tuer les personnages principaux, excepté peut-être à la fin d’une série ou avant un relaunch ou un reboot. Ici, les combats nous tiennent vraiment en haleine car l’issue de la bataille est vraiment incertaine. Je ne vous dirais pas qui (duh) mais un grand héro a encore été tué à la fin du tome 2 ce qui prouve bien que personne n’est à l’abris.

La seconde chose que j’ai vraiment aimé est que Tom Taylor nous montre la facilité avec laquelle des alliés et amis peuvent devenir de vrais ennemis. Ici, le pouvoir s’il est bien utilisé peut être le moyen d’amener la paix sur le monde entier. Mal utilisé, il peut amener la terreur et forcer la création d’une rébellion. Car c’est aussi ça le thème de ces comics : le pouvoir en tant que poison. A petite dose, il aide à protéger et sauver. A trop  fortes doses, il pourrit et rend fou.

Coté dessins, le résultat n’est ni très bon ni mauvais. Certains dessinateurs sont en dessous du lot mais ont travaillé sur beaucoup moins de pages que les illustrateurs principaux. En bref, ça reste assez cohérent et suffisant pour illustrer une telle histoire. Après, ne vous attendez pas à trouver un style très défini qui se reconnaîtrait entre mille comme ceux de Greg Capullo, Jim Lee ou encore Skottie Young.

Pour faire simple, je vous conseille fortement la première année d’Injustice. Ces comics vous garderont en haleine jusqu’à la toute fin et vous donneront envie de lire la suite à coup sûr. Vous n’aurez pas le temps de vous embêter !

Publicités

2 réflexions sur “Injustice Année 1 – Les Dieux Sont Parmi Nous parties 1 et 2

  1. Pingback: Bilan du mois de juin – Maïssa | Lestrange in wonderland

  2. Pingback: Tag de l’été | Lestrange in wonderland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s