Les Couronnes de la montagne d’Axel Jomo

658869168Présentation :

Auteur: Axel Jomo

Genre: Fantasy

Date: 2016

Série : tome 1 de la duologie : Le Royaume des Pierres

Édition: Editions du Monde Premier

Résumé :

Au cœur d’une forêt protectrice vivent les mibois. Personne n’est jamais sorti de la forêt et, selon les habitants, il n’existe rien en dehors de cette forêt. Althor, un jeune mibois inventeur et rêveur, lui, est persuadé que tout un monde existe en dehors et veut aller l’explorer. Un jour, son meilleur ami Tim lui demande de l’accompagner sur la plus haute colline pour lui montrer une lueur qui brille à l’horizon. Intrigués, les deux garçons veulent aller voir de quoi il s’agit mais la forêt est infranchissable. Cependant, chez Othor, le grand-père d’Athor et le plus âgé des mibois (franchement sénile), ils trouvent une carte censée indiquer un chemin pour traverser la forêt. C’est le début d’une grande quête pour nos trois mibois, une quête qui les mènera dans un monde en déclin, soumis à de nombreux dangers.

Avis :

J’ai eu la chance de gagner ce livre dans l’un des concours de Noël organisé par les Éditions du Monde Premier. Je les remercie donc eux et l’auteur pour m’avoir donné la chance de découvrir ce livre. Qui dit montagne, dit pour moi hiver et j’ai donc décidé de l’ajouter à mon Cold Winter Challenge. Je me suis donc lancé dans l’histoire assez rapidement et je dois avouer que je ne suis pas déçue. Malgré quelques faiblesses, j’ai bien aimé ma lecture. Mais j’ai eu énormément mal de mal à rédiger cette chronique, parce que dans ce livre tout n’est pas tout blanc ni tout noir, et il est assez dur d’avoir une vision d’ensemble sur le livre et d’en parler sans spoiler. Je vais donc faire au mieux.

Commençons par les points forts de ce livre. Ce qui m’a le plus séduite c’est le monde dans lequel évoluent nos héros. Les différentes régions ont chacune leurs particularités, leur politique, leur peuple, et leur histoire. Avec nos mibois, on arrive dans un monde qui a connu un grand bouleversement 20 ans plus tôt, des évènements dont on voit encore partout les conséquences : des villes appauvries, un peuple réduit en esclavage, un autre dirigé par un tyran, et surtout des royaumes et des peuples autrefois unis qui maintenant se sont refermés sur eux. Le monde créé par Axel Jomo est passionnant, réaliste et original. J’ai énormément aimé en découvrir plus sur le passé de ce monde et donc les événements qui ont eu lieu 20 ans plus tôt : un marcheur (sorte de mage) a volé la pierre des cossus (des nains même s’ils trouvent ce nom insultant) et a ainsi détruit l’alliance entre les peuples. Les informations du passé semblent mystérieuses puisque personne ne sait pourquoi ce marcheur a fait ça. Même si j’avais vu venir de loin l’identité du marcheur et de son acolyte, j’ai bien aimé en apprendre plus sur ce passé, et d’ailleurs à la fin de ce tome il reste encore un long chemin à parcourir pour avoir le fin mot de cette (passionnante) histoire.

L’avantage avec nos mibois c’est qu’ils ne connaissent rien de ce monde et donc on le découvre en même temps qu’eux au travers des rencontres et des questions qu’ils posent. On a donc accès au passé par des récits, qui du coup se font par bribes. J’ai vraiment aimé découvrir ce monde et sa façon de fonctionner par touches successives, sans qu’on ne soit jamais perdus. Au fil des différentes étapes de la quête de nos héros, on rencontre des peuples différents typiques de la fantasy : nains, elfes, humains et mages pour faire simple (bien qu’ils ne portent pas vraiment ce nom dans le livre mais plutôt cossus, forestiers, humains et marcheurs). Au fil du livre, on visite la plupart des contrés ce qui nous permet d’avoir une vision d’ensemble d’une partie de ce monde. J’avoue que j’ai été un peu perdue, géographiquement parlant, pendant un bon moment. Même si je savais toujours dans quelle région on se trouvait et où on allait, j’avais du mal à situer les régions les uns par rapport aux autres. Ce n’est qu’en terminant le livre que je me suis rendue compte qu’il y avait des cartes à la fin (mais c’est dû au format numérique dans lequel j’ai lu livre sinon je l’aurais feuilleté et je les aurais découvertes bien plutôt). J’ai beaucoup aimé la variété des régions. On se rend compte que le monde créé par Axel Jomo est vaste et en un tome on a n’en a pas encore fait le tour, et j’ai hâte que le deuxième tome (pas encore sorti) arrive pour pouvoir en découvrir encore plus.

L’une des choses qui m’ont gêné dans ma lecture (et pour faire cette chronique) c’est qu’on avance dans ce livre par étapes et au début sans savoir où on va. Pour être plus clair, nos mibois, vont d’un lieu à un autre sans avoir de but précis (au début du moins) et du coup on a du mal à voir la finalité de tout ça et à être pris dans l’histoire. D’ailleurs, le point de départ de cette aventure m’a paru un peu faible. Ils décident d’aller explorer l’extérieur de la forêt, mais après quand les premières difficultés arrivent alors que rien ne les retiens, sans but, ils décident de continuer tout en se plaignant parfois que leur maison leur manque. Dans ce cas pourquoi ne pas rentrer ? Parce que sinon il n’y aurait pas d’histoire me direz vous. Certes mais ce n’est pas suffisant. Heureusement que les personnages sont attachants et que l’histoire avance assez vite sinon j’aurais décroché. Après la rencontre avec les cossus, nos héros ont enfin un objectif, un but qui les guide ce qui améliore vraiment la qualité du récit. Mais au début j’ai eu un peu de mal avec l’impossibilité qu’on a de se projeter. Parfois, je regrette les facilités prises par le livre, comme avec ce qui arrive à Othor, qu’on oublie pendant une partie du récit. Mais dans l’ensemble ce sont des détails (certes importants) mais qui ne gâche pas le potentiel de l’histoire et qui pour la plupart disparaissent après les 100 premières pages pour nous permettre de découvrir toute l’ampleur de l’histoire.

D’ailleurs, ce qui m’a convaincue de continuer, en plus de l’univers incroyablement riche et du mystérieux passé, c’est les personnages. J’ai beaucoup aimé comment le groupe s’agrandit au fur et à mesure du récit pour finalement représenter la diversité des peuples. Les mibois sont très vite rejoints par Crei, un homme au passé trouble, qu’on décrit comme un brigand mais qui semble avoir un solide sens de l’honneur. J’ai beaucoup aimé Crei et j’aimerais en apprendre beaucoup plus sur son passé, dont on ne connaît que des bribes. À eux se rajoutent un cossus, une forestière, un marcheur et son loup géant. La plupart des membres de cette troupe semblent se connaitre avant, sans qu’il nous soit révéler dans quelles circonstances. J’ai adoré le marcheur, qui parut nature est assez mystérieux et malicieux, on a du mal à savoir sa puissance réelle. Chacun des membres de la compagnie apporte quelque chose d’unique et ensemble ils forment un groupe génial dont j’ai pris beaucoup de plaisir de suivre les aventures. J’ai adoré les liens qui se créent entre eux, la complicité, les vannes qu’ils se lancent, la solidarité, les embrouilles aussi parfois. Ce qui est intéressant aussi c’est l’évolution de Tim et Athor au sein de cette troupe, nos mibois un peu naïfs deviennent rapidement des membres à part entière, et apprennent à se battre ou à être utile. Tim en particulier est pour moi celui qui évolue le mieux et le plus vite. Sur ce point-là, Athor, m’a un peu déçue, car il un peu trop froussard à mon goût, se dit pas doué pour le combat et donc abandonne avant même d’apprendre. C’est vraiment dommage car mis à part ça, Athor est un personnage attachant et assez malin, mais qui a tendance à un peu trop se plaindre (en plus comme il est le narrateur, pas moyen d’y échapper).

En conclusion :

Alors voilà, ce livre souffre de quelques défauts, qui parfois empêchent de vraiment apprécier sa lecture, mais il vaut vraiment le détour.  Après un début difficile, son univers riche, ses personnages attachants, son histoire énigmatique et prenante, m’ont vraiment convaincue. D’ailleurs, je suis à peu près sûre de lire le prochain tome avec plaisir quand il sortira. Ce livre m’a permis de revenir à un genre qui a marqué mes premières années de lectrice et que je ne lis plus tant que ça (pourquoi pas je ne sais pas) : la fantasy, dont on retrouve ici tous les ingrédients. J’ai vraiment passé un bon moment de lecture avec ce livre prometteur. J’espère juste que le prochain tome saura rattraper les défauts du premier tome pour que je puisse dire que j’ai adoré ma lecture (sans « mais » » cette fois).

cold-winter-challenge

Sur ce, bonne lecture à tous. Et n’hésitez pas à me laisser en commentaire vos avis. Qu’est-ce que vous avez pensé de ce livre ? Est-ce qu’il vous tente ?

Note: 3.75/5 : un bon moment malgré quelques faiblesses

  • qualité d’écriture: 2.5/5
  • personnages: 4.5/5
  • monde: 5/5
  • plaisir de lire: 3/5

Citation:

 » Dans les branchages entrelacés de la forêt, Athor éprouvait une nouvelle fois des difficultés à suivre le rythme.
C’est incroyable de se faire distancer par un petit papy malade et aveugle, pensa-t-il. Erothos se retourna et lui lança un regard noir.
On ne peut même plus penser en paix, se dit-il. Ce qui lui valut un nouveau coup d’œil de l’alchimiste. « 

 

Publicités

3 réflexions sur “Les Couronnes de la montagne d’Axel Jomo

    • Merci ^^. Sincèrement malgré un début où on voit pas trop où on va, le reste faut vraiment le coup. Les personnages sont sympa et l’histoire assez prenante. Mais je peux comprendre qu’il te tente moyen, surtout si t’as une immense PAL (comme moi) 😉

      Aimé par 1 personne

  1. Pingback: TAG : Gâteau Littéraire | Lestrange in wonderland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s