Uglies de Scott Westerfeld

uglies,-tome-1---uglies-767622Présentation :

Auteur: Scott Westerfeld

Genre: Dystopie

Date: 2007

Série : tome 1 de la série : Uglies

Édition: Pocket Jeunesse

Résumé :

Tally va avoir 16 ans et va donc subir l’Opération qui est destinée à la rendre belle et à lui permettre de passer de la caste des Uglies à celle des Pretties où elle aura enfin une vie de loisirs et de fêtes. Tally attend ce moment avec impatience comme tout Uglies. Mais quelques jours avant cette date tant attendue, Tally rencontre une fille qui va lui faire découvrir un nouveau monde, celui des rebelles. Derrière la façade de beauté idéale et de bonheur se cachent l’uniformité et la manipulation. Tally va devoir choisir son camp : devenir Pretties au risque de se perdre ou rester Uglies à vie.

Avis :

J’avais complètement oublié ce livre dans ma PAL et c’est en cherchant un autre que je suis tombée dessus. J’ai été super heureuse de retrouver ce livre qu’on m’a offert il y a quelques années et que je n’ai jamais eu le temps de lire. Je me suis plongée avec joie dans cette histoire et ça a été un super moment.

Commençons par le début. Ce livre est une dystopie, une des premières même, donc il reprend un schéma qu’on connaît avec un monde qui créé une idéologie qui au premier abord semble parfaite mais qui est ensuite remise en question. Bref, jusque-là rien de nouveau. Ça aurait pu être un gros problème qu’on voit dès le début, à peu près, où l’auteur veut nous emmener (en gros parce que dans le détail ce tome nous réserve quand même pas mal de surprises). Et pourtant même si le schéma est celui de toutes les dystopies et que certains aspects du livre sont prévisibles, j’ai vraiment adoré me plonger dans cette histoire et j’ai dévoré ce livre en deux jours. Alors oui même si le schéma est connu de ce qui ont déjà lu des dystopies, ça ne retire rien au charme du livre, personnellement ça ne m’a dérangé, parce que l’histoire reste très addictive et pleine de rebondissements.

Alors voilà, après ce seul point négatif (qui n’en est pas vraiment un d’ailleurs) il est temps de s’attaquer à ce qui fait le charme de ce livre. Tout d’abord j’ai adoré le monde et son idée de base. Dans l’univers de Tally, les gens sont séparés par classe d’âge et le passage des unes aux autres est permis par une opération de chirurgie esthétique qui vise à rendre tout le monde beau. L’idée étant que les êtres humains sont biologiquement programmés pour reconnaitre une certaine forme de beauté et qui si tout le monde est beau il n’existe plus de discriminations liées au physique. Dans ce monde à la beauté parfaite les Uglies (les moches en anglais) sont dans la classe d’âge la plus moche car elle n‘a pas reçu la première opération (qu’on a 16 ans) et n’a plus la beauté des enfants. Tally fait partie des Uglies et ne rêve que du jour où elle sera Pretties. La construction de la ville suit la séparation entre les classes d’âge car chaque âge à un quartier distinct. J’ai trouvé très original cette idée. C’est une forme exacerbée de notre culture de l’image actuelle ce qui en rend la dénonciation encore plus forte.  Ce livre nous pousse à nous interroger sur ce qu’est la vraie beauté, la différence, l’apparence, le regard qu’on a sur les autres. Il y a aussi tout un aspect écologique dans le livre puisque la société de la beauté parfaite s’est construite après celle des Rouillés (la notre) qui ont gâché une grande partie des ressources. J’ai adoré la façon dont tout cela est abordé. J’ai hâte de lire le tome d’après pour en découvrir plus sur le fonctionnement de ce monde et sur les autres classes qui sont justes évoquées dans ce tome.

L’autre point fort du livre c’est la technologie ! Pour une fan de Retour vers le Futur comme moi, ce livre m’a vendu du rêve. Les Uglies se promènent sur des planches qui ne sont pas sans rappeler les hoverboards. Ces planches ont une place importante dans cette univers et c’est tant mieux. Tout ou presque est automatisé. J’ai particulièrement aimé la chambre qui te souhaite bonne nuit. Mais on comprend vite qu’il y a un revers à toute cette technologie : la surveillance. Entre la bague qui vous géolocalise et le pont qui peut vous dénoncer si vous le traverser sans être autorisé, on voit bien que la technologie à un prix. Le principal contraste ente les rebelles et les Uglies c’est justement la technologie, mais aussi la mentalité. Chez les Uglies ils se donnent tous des surnoms qui insistent sur leurs défauts physique. J’ai été assez choquée par cet aspect de leurs personnalité, parce qu’en plus d’être assez cruel, ça montre à quel point ils sont endoctrinés.

J’ai adoré le personnage principal, Tally. Au début ce n’était vraiment pas gagné, je ne supportais pas sa façon de penser totalement formatée et futile. Son but : devenir jolie et passer le restant de ses jours à s’amuser. J’ai apprécié qu’elle ne soit pas la plus belle et la plus forte comme les héroïnes ont trop tendance à l’être. Elle est maligne (sauf au début où on a envie de la claquer) mais sans être trop intelligente. Dans la première partie de l’histoire elle se laisse faire et pleurnicher sur son sort ce qui m’a légèrement gonflé, mais quand elle passe à l’action et découvre la rebeillon ça devient intéressant. C’est à ce moment-là qu’on découvre qui elle est vraiment. En se confrontant à la vie en dehors des rebelles, Tally prend du plomb dans la cervelle et commence à réfléchir par elle-même. Les autres personnages ne sont pas en reste, que ce soit David, le mystérieux rebelle qui vit en dehors des villes et donc des castes, ou Shay, le contraire de la Tally du début, qui elle pense par elle-même et est contre l’Opération. On s’attache aux personnages plus vite qu’on l’imagine. Les autres sont encore justes esquissés, mais certains me semblent très prometteurs pour les tomes suivants, ce qui donne une bonne dynamique au groupe.

En parlant de tomes suivants, tout à l’heure je vous disais que ce livre reprend le schéma des dystopies, donc logiquement ce tome sert à introduire l’univers, mais comme ici il est assez simple à expliquer (tout en restant redoutablement efficace) dans ce tome on a déjà de très belles scènes d’action. Souvent dans les trilogies il faut attendre le deuxième tome pour que l’histoire prenne son envol et que l’action arrive enfin, mais dans Ugllies l’action est présente dès le début. Ce qui est une très bonne chose. Scott Westerfeld manie avec intelligence les moments d’action, de révélation, de suspense et les moments plus tendres. Ah oui j’ai failli oublier de parler de la romance. Comme dans toutes dystopies, il y a une histoire d’amour, mais cette fois rien de trop niais, au contraire je la trouve pas trop mal amenée. Les deux personnages s’accordent à merveille (à tel point que c’est un peu prévisible) et les scènes entre eux ne sont pas trop nombreuses. J’entends par là que parfois dans la dystopie, l’amour prend le pas sur l’intrigue, ce qui a le don de m’agacer, mais là il n’en est rien puisque la romance est parfaitement intégrée dans l’intrigue. Donc Westerfeld a trouvé le juste équilibre dans ce livre. Et cela ne s’applique pas que dans la romance, l’intrigue est à la fois assez complexe pour qu’on puisse en faire plusieurs tomes, mais assez simple pour qu’on ne soit pas totalement perdu et qu’on puisse rentrer très rapidement dans cet univers. Les rebondissements sont aussi savamment dosés, on ne les enchaîne pas à un rythme effréné mais ils arrivent toujours au bon moment. Certains ne sont pas très surprenants (ceux liés à l’Opération par exemple) mais le dernier en particulier m’a laissé totalement sous le choc. C’est une fin en apothéose qui donne qu’une envie : se jeter sur la suite.

En conclusion :

Ce livre a été un  bon moment et j’ai vraiment hâte de lire la suite. Tout y est savamment dosé pour en faire un livre parfait. L’univers est original et captivant, l’écriture simple et facile à lire, l’action et les sentiments parfaitement équilibrés, les personnages attachants et prometteurs et les rebondissements sont inattendus. Bref un bon roman qui donne envie de se jeter sur la suite.

Sur ce, bonne lecture à tous. Et n’hésitez pas à me laisser en commentaire vos avis. Qu’est-ce que vous avez pensé de ce livre ? Est-ce qu’il vous tente ?

Note: 4.5/5 : un  bon moment

  • qualité d’écriture: /5
  • personnages: 4/5
  • monde: 5/5
  • plaisir de lire: 4/5

Citation:

« La montagne, le ciel et les vallées environnantes semblaient changer chaque jour, trouvant toujours de nouvelles façons d’être spectaculaires. La nature n’avait pas besoin d’une opération pour être belle. Elle l’était, tout simplement. »

« Dans le monde de l’extrême beauté les gens normaux sont un danger.»

Publicités

16 réflexions sur “Uglies de Scott Westerfeld

  1. Pingback: Pretties de Scott Westefeld | Lestrange in wonderland

  2. Pingback: Bilan du mois de juin – Maïssa | Lestrange in wonderland

  3. Pingback: Tag : 13 livres à conseiller | Lestrange in wonderland

  4. Pingback: Specials de Scott Westefeld | Lestrange in wonderland

  5. J’avais lu ce livre quand il est sorti et je l’avais beaucoup aimé, d’ailleurs c’est un auteur dont j’aime presque tous les livres. Si tu me permets une petite remarque, ce n’est pas une des premières dystopies, elles remontent au début du XXème siècle. En jeunesse elles arrivent plus tard, mais c’est vrai que depuis ça n’arrête. Et ça fait des super livres !

    Aimé par 1 personne

  6. Pingback: Bilan du mois de novembre et esprit de Noël | Lestrange in wonderland

  7. Pingback: The End of the year book tag | Lestrange in wonderland

  8. Pingback: Extras de Scott Westefeld | Lestrange in wonderland

  9. Pingback: Bilan du mois de mars – Maïssa | Lestrange in wonderland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s