Le Diable s’habille en Prada de Lauren Weisberger

31393433_13477440Présentation :

Auteur: Lauren Weisberger

Genre: Chick-Lit

Date: 2003

Série : tome 1 de la série : Le Diable s’habille en Prada

Édition: Pocket

Résumé :

Andréa, tout juste sortie de la fac, vient de décrocher un emploi dans le plus célèbre des magazines de mode : Runway. Un an en tant qu’assistante personnelle de Miranda Presley lui fera économiser des années de boulots sous-payés et ennuyeux et lui permettra de décrocher un emploi où elle veut. Comme tout le monde le lui répète sans cesse, elle a une chance inouïe : « des milliers de filles se damneraient pour être à sa place », et pouvoir côtoyer Miranda, seule capable de définir le bout goût et la mode. Andréa n’est pas vraiment le genre de fille qu’on attendrait pour ce poste . Elle est peu intéressée par la mode et a un look qui laisse à désirer. Pourtant elle saute sur cette occasion unique. Mais très vite le job de rêve se transforme en cauchemar. Sa mission : répondre à toutes les demandes de Miranda, surtout les plus impossibles.

Avis :

Vu que c’est la dernière ligne droite pour moi avant les vacances j’avais besoin d’un livre marrant et frais pour me mettre dans l’ambiance, entre deux séances d’écriture de mon mémoire (ce truc aura ma peau). J’ai voulu me lancer dans La revanche du Diable (la suite du Diable s’habille en Prada) mais je me suis rendu compte que je ne me souvenais pas de comment s’était terminé le précédent ni même de ce qui s’était passé. J’ai donc dû revenir sur mes pas et relire le premier tome. Arrivée au bout de ma lecture un constat s’impose : comment j’ai pu oublier ça !

L’histoire est très connue. Andréa se retrouve sous les ordres d’un tyran qui lui demande tout et n’importe quoi. À partir de là commence le récit des exigences de Miranda et de la façon dont ce job va peu à peu pourrir la vie d’Andy, mettant en péril sa relation amoureuse, ses relations avec sa famille et avec sa meilleure amie. J’ai bien aimé les différentes exigences de Miranda, parfois carrément impossibles : « An-dré-âa trouvez-moi ce papier que j’avais dans les mains hier » !!!  Le lien qui se créé aussi entre les différents personnages de la rédaction de Runway est aussi assez intéressant : entre la relation quasi bipolaire des gens de la rédaction à Miranda (« c’est un tyran sadique », « c’est un génie ») et la relation entre Andréa et l’autre assistante Émily, mélange de coopération, d’exaspération, de complicité et de rivalité. L’univers de Runway nous est dépeint à partir du point de vue extérieur et surtout sarcastique d’Andréa, et c’est là tout l’intérêt du roman. Mais le hic c’est qu’au bout d’un moment ça tourne un peu en rond, passant d’une exigence à une autre sans que rien ne change vraiment. Heureusement, certains éléments vont arriver subitement et donner une nouvelle dynamique à la fin du livre.

Pour ce qui est des personnages j’ai eu un gros coup de cœur pour Lily, la meilleure amie fantasque d’Andréa. À la fois très drôle et très touchante, ce personnage est juste génial. Même si elle est juste là pour montrer qu’Andréa délaisse ses amis, elle est un des personnages secondaires les plus développés. Je l’ai adoré de son caractère à son humour, en passant par son histoire. Mais c’est aussi elle qui me montre les faiblesses de ce roman. En effet, elle fait certaines choses dans le roman qui ont fait que je me suis attachée à elle et j’aurais aimé savoir pourquoi elle agit comme ça. Surtout que son comportement tient quand même une grande place dans l’évolution du roman, et qu’il suffirait d’à peine quelques lignes pour nous expliquer. Mais non, elle est cantonnée dans son rôle et ce qui lui arrive n’est intéressant qu’à cause des répercussions qu’il a sur la vie d’Andy et donc on ne sait pas le pourquoi du comment. Du coup je suis hyper FRUSTRÉE ! Ce qui est vrai pour Lily est vrai pour les autres personnages. Ils ne sont intéressants que par rapport à la vie d’Andy et c’est vraiment dommage car je pense qu’un peu plus développés certains auraient pu être vraiment intéressants. Et ça ne se fait pas d’appâter à ce point le lecteur, de faire toute une histoire à propos d’un personnage pour finalement ne rien révéler sous prétexte que c’est un personnage secondaire ! Oui là je suis vraiment en colère ! Surtout que quand la vie à Runway commence à tourner en rond, Lily est la seule chose qui maintenait mon intérêt pour ce livre !

Lily mise à part, de nombreux personnages sont cantonnés à leur rôle dans la vie d’Andréa. Le pire : les deux colocataires qu’on entre-aperçoit deux ou trois fois, qui servent juste à montrer à quel pont Andréa bosse tout le temps. Même James, qui est pourtant un personnage sympathique et assez drôle, est cantonné à son rôle, et pire, il est réduit à un cliché : celui du pote gay, fan de mode, qui n’a pas la langue dans sa poche, qui aime les ragots et étaler ses préférences sexuelles. Et Miranda parlons-en ! Elle est censée être un des personnages principaux mais elle est aussi cantonnée à son rôle de méchante. Miranda est très antipathique et demande des choses impossibles tout le temps.  À la fois sadique et de mauvaise foi, j’ai été outrée de très nombreuses fois par ses demandes impossibles. Elle est vraiment le personnage qu’on adore détesté. Contrairement au film où on l’humanise, dans le livre il n’y a pas une once d’explication sur son comportement. J’ai beaucoup aimé les demandes de Miranda et surtout la relation qui s’établit avec Andréa. Cette dernière ne peut pas s’oppose à Miranda directement sous peine de perdre son job, mais elle met en place des petits gestes de résistance, comme le fait de prendre le temps de fumer une cigarette pendant qu’elle va chercher les cafés. C’est peu de choses mais c’est déjà ça, et on y prend le même plaisir que le personnage.

Je me rends compte que je suis en train de vous dresser un portrait vraiment peu flatteur de ce livre … et ce n’était pas du tout mon intention. Soit parce que ce n’est pas mon genre de prédilection soit parce que j’étais très stressée en le lisant, j’ai eu du mal à rentrer dans le livre. Cependant il a totalement rempli l’objectif pour lequel je l’avais choisi : me détendre et me changer les idées. Quand j’étais en train de rédiger mon mémoire, je n’avais qu’une envie : pouvoir faire une pause et me plonger dans la lecture du Diable s’habille en Prada. J’attendais ces instants avec impatience car c’était le moment où je me vidais la tête et me laisser porter par l’histoire. Ce livre est vraiment sans prise de tête. Avec un roman plus complexe, je ne pense pas que j’aurais réussi à me détendre autant. En fait, je dois ma survie à ce moment de stress à ce livre. C’était vraiment agréable de me plonger dans l’histoire et de tout oublier pendant quelques pages. N’est-ce pas ça justement le but de ce genre de lecture ? Donc sur ce point-là le livre a totalement rempli son but.

En conclusion :

Ce n’est clairement pas le livre du siècle, avec une intrigue à suspense, des personnages géniaux, attachants, drôles, touchants, courageux etc. Mais c’est un livre agréable, sans prise de tête, parfait pour se détendre après une longue journée. Pour moi ça a été une bulle de détente et une vraie bouffée d’air frais. Alors certes j’aurais aimé que les personnages soient mieux définis et l’histoire peut-être un peu plus prenante à certains moments, mais dans tous les cas je ne regrette vraiment pas ma lecture, car elle collait parfaitement à ce dont j’avais besoin à ce moment-là. Et puis une lecture reposante ça fait du bien de temps en temps.

Sur ce, bonne lecture à tous. Et n’hésitez pas à me laisser en commentaire vos avis. Qu’est-ce que vous avez pensé de ce livre ? Est-ce qu’il vous tente ?

Note: 3,25/5 : un moment agréable

  • qualité d’écriture: 3/5
  • personnages: 4/5
  • monde: 2/5
  • plaisir de lire: 4/5

Citation:

« Voilà donc où m’avaient menée mes quatre années d’étude consacrées à analyser et décortiquer par le menu romans, pièces de théâtre, nouvelles et poèmes : à consoler une bestiole pourrie gâtée avec une tronche de chauve-souris tout en essayant de ne pas démolir une voiture qui ne m’appartenait pas et qui coûtait la peau du bas du dos.»

« Tu ne souhaites pas réellement sa mort ai je pensé en m’étirant sur le siège arrière. Car si elle meurt tu perds tout espoir de la tuer de tes propres mains. Et ça ce serait vraiment dommage.»

Publicités

7 réflexions sur “Le Diable s’habille en Prada de Lauren Weisberger

    • J’hésitais déjà à lire le second tome. j’ai pas été très emballé par la quatrième de couverture. Je pense qu’il va trainer encore un peu dans ma PAL … Merci pour ton avis ^^

      J'aime

  1. Pingback: Bilan du mois de juin – Maïssa | Lestrange in wonderland

  2. Pingback: Bilan du mois de mai – Maïssa | Lestrange in wonderland

  3. Pingback: Quels livres choisir pour cet été ? | Lestrange in wonderland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s