La Communauté de l’Anneau de J.R.R Tolkien

VF148Présentation :

Auteur: J.R.R.Tolkien

Genre: Fantasy

Date: 1954

Série : tome 1 de la série : Le Seigneur des Anneaux

Édition: Folio Junior

Résumé :

Au cœur de la Comté résident les Hobbits ou Semi-Hommes. Bien loin des préoccupations des autres peuples de la Terre du Milieu, les Hobbits ne se préoccupent que de leur paisible vie dans leurs vertes praires. Il n’est pas dans la nature d’un Hobbit d’être aventureux. Un seul a un jour quitté la Comté pour vivre de grandes aventures. Il en revient avec un objet dont dépendra la destinée de la Terre du Milieu : l’Anneau Unique au grand pouvoir que le seigneur des ténèbres, Sauron, veut à tout prix récupérer. C’est à un autre Hobbit, Frodon, que revient la lourde tâche de Porteur de l’Anneau, seul capable de protéger l’Anneau de Sauron, et peut-être le détruire. Aidé dans sa quête par un groupe qui prend pour nom la Communauté de l’Anneau, Frodon parviendra-t-il à écarter la menace qui pèse sur la Terre du Milieu ?

Avis :

Comme vous l’avez peut-être vu dans le Big Book Phobia Tag, Le Seigneur des Anneaux fait parti des très gros livres de ma PAL que j’avais peur de lire. J’avais vu les films (comme pas mal de monde) et à certains moments ils m’avaient paru longs. Ajoutons à ça les descriptions de Tolkien, connues pour leurs très nombreux détails, et on comprend aisément mon appréhension. Mais malgré ça, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure. Et je ne le regrette absolument pas, parce que même si ce n’est pas un coup de cœur, ça a quand même été un très bon moment.

Alors oui, il y a beaucoup beaucoup de descriptions dans ce livre.  Je ne suis pas fan des descriptions quand elles sont trop longues et j’ai tendance à les lire en diagonale, mais là impossible, ça me ferais sauter les 3/4 du bouquin (d’autant plus que la description n’est pas distincte de l’action). Mais surtout, je n’en avais pas envie. Parce que ce qui fait la magie de ce livre c’est justement ces descriptions qui donnent un univers très visuel. Les paysages que Tolkien décrit sont incroyables et grâce à tous les détails qu’il nous donne on les voit vraiment, et du coup on est pris dans le voyage avec nos héros. Finalement ce que j’avais tant redouté, je l’ai adoré. Certes la langue de Tolkien n’est pas des plus faciles. On ne peut pas lire Le Seigneur des Anneaux et faire autre chose en même temps. Il suffit de manquer une ligne et on ne comprend plus rien. Mais de la plume de Tolkien et plus particulièrement de ces descriptions, se dégage de la poésie. Et j’ai particulièrement aimé ça.

Après, comme je l’ai dit la langue de Tolkien n’est pas facile et je suis contente de ne pas l’avoir lu en anglais … avec mon niveau je ne m’en serais jamais sorti. Étrangement ce n’est pas dans les descriptions que le problème de la langue se fait le plus sentir mais quand un des personnages raconte une histoire. Un peu comme dans Game of Throne (la série en tout cas. Je n’ai pas lu les livres …  C’est un autre livre qui me fait peur), au début on est facilement perdu entre tous les noms que ce soient ceux des Hobbits et leur généalogie ou ceux des différentes personnes qui interférent dans l’histoire. Comme la plupart sont des noms qu’on n’a pas l’habitude de voir (nains, elfes et autres), c’est assez dur de s’y retrouver. Personnellement, j’ai rapidement laissé tomber, ne me concentrant que sur les personnages principaux (la communauté de l’Anneaux, leurs principaux alliés, leurs principaux ennemis, et basta). Non, parce que sinon je m’en sors pas (surtout que j’ai une assez mauvaise mémoire). Pareil, géographiquement parlant j’étais totalement paumée pendant la majeure partie du bouquin (même si je savais grosso modo vers où ils allaient), alors même qu’il y avait des cartes dans le bouquin !! Ils citent tellement de noms différents de bleds, de routes, de rivières, qu’à la fin je me suis embrouillée. J’ai arrêté de me reporter à la carte et je me suis contentée de suivre l’histoire. Je sais que là je ne rassure pas vraiment ce qui hésite à lire ce livre. Mais même si ce n’est pas une lecture des plus faciles, ça reste une lecture super gratifiante et une aventure très prenante.

Car oui c’est le gros point fort de ce livre. C’est de la pure fantasy ! Dans tous les sens du terme : une quête incroyable, des races fabuleuses (elfes, magiciens, des nains), tout ça dans un univers incroyablement riche. Alors même si le début est un peu difficile (la langue, les descriptions, la généalogie et la géographie), une fois que tout cela est dépassé, c’est juste un pur bonheur. Le premier tome se compose de trois « livres » (parties). Le livre I est un prologue qui explique l’histoire de la Comté, de la Terre du Milieu, et résume rapidement comment on en arrive à la situation de départ de notre histoire. C’est très dur à lire, on est noyé sous les informations, il faut vraiment s’accrocher, mais après ça c’est bon le plus dur est fait. Je n’ai pas lu Le Hobbit avant de me lancer dans le Seigneur des Anneaux (et je n’ai pas vu le dernier film de la trilogie qui lui est dédié), mais vu les nombreuses références qui sont faites à son histoire, je regrette un peu de ne pas l’avoir lu. Et peut-être qui si j’avais commencé par Le Hobbit j’aurais moins galéré avec tout le prologue.

Le livre II raconte comment Frodon entre en possession de l’Anneau et son voyage jusqu’à la formation de la communauté. On apprend tranquillement à faire la connaissance de Frodon, Pippin, Merry, Gandalf, Biblon et Grand Pas. On y vit nos premières aventures. J’ai beaucoup aimé ce moment. On voit les liens se forger. On commence à découvrir des choses sur l’Anneau. Et déjà le danger est bien présent, ce qui est passionnant. Mais l’ambiance reste légère et très drôle du coup grâce aux commentaires des Hobbits. Dans le livre III, on découvre toutes les menaces qui pèsent sur notre groupe et l’histoire de l’Anneau. On comprend les lourds enjeux de cette quête. Tout ça prend un tour plus aventureux et risqué ce qui est juste passionnant. Entre ennemis plus redoutables les uns que les autres, l’ombre menaçante de Sauron de plus en plus proche, tensions au sein du groupe (ce qui arrive souvent quand on met un nain et un elfe ensemble), et une mystérieuse ombre qui semble suivre la Communauté de l’Anneau, on a pas le temps de s’ennuyer.  Alors certes il faut aimer le genre mais ce livre est le summum du roman de fantasy.  C’est mes premières lectures (après Harry Potter j’ai lu les Eragon), et j’ai adoré retrouver ça. Après je suis contente de na pas l’avoir lu plus jeune car je ne l’aurais pas apprécié et pire je pense que je l’aurais détesté car trop complexe pour moi. Alors que maintenant, je vois que c’est cette complexité qui rend ce livre passionnant.

Un des gros points forts de ce livre c’est aussi, et bien sûr, ses personnages. Ils sont tous très différents et pourtant très nombreux. On s’attache à chacun d’une manière particulière. J’ai beaucoup aimé Frodon,  Gandalf, Aragorn (bon ok peut-être à cause du film), Legolas. J’ai aussi vraiment découvert Sam Gamegie, que je ne supportais vraiment pas dans les films, et qui m’a touché dans le livre. Boromir et Gimli aussi, j’ai appris à les aimer grâce au livre, en comprenant pourquoi ils agissaient comme ils le font. Mais le caractère des personnages n’est quand même pas très développé dans le livre (au sens où on ne sait pas ce qu’ils pensent, ils répondent surtout à des types comme « sages », « guide » etc.), mais leur histoire nous est expliquée, ce qui permet de comprendre qui ils sont vraiment. Le passé qui m’a le plus intéressé est celui d’Aragorn, car il reste assez mystérieux et son avenir semble très promoteur. J’ai adoré Merry et Pippin qui sont très drôles, tout comme les réparties entre Gimli et Legolas.

En conclusion :

La Communauté de l’Anneau n’est pas un des livres les plus faciles que j’ai lu, au contraire : entre de très nombreuses informations, un nombre incalculable de noms, une langue riche et complexe, une géographie si précise, j’ai été perdue plus d’une fois. Mais tout ça sont en fait les preuves d’un univers très riche et complet, dont les moindres détails sont pensés (sur plusieurs générations). Et c’est ça qui donne au Seigneur des Anneaux tout son intérêt. C’est un bijou de la fantasy qui réjouira les fans du genre. Alors oui, le début est complexe et il faut s’accrocher mais ensuite c’est un bonheur. Finalement ce que je redoutais tant (univers complexe, description détaillées, etc.) est devenu les aspects qui m’ont fait aimer le roman. Et même si je ne vais pas lire la suite tout de suite (parce qu’il faut s’en remettre quand même) je n’ai plus peur, et j’ai même très envie de me replonger dans cet univers et de retrouver les personnages que j’ai adoré.

Sur ce, bonne lecture à tous. Et n’hésitez pas à me laisser en commentaire vos avis. Qu’est-ce que vous avez pensé de ce livre ? Est-ce qu’il vous tente ?

Note: 4/5 : un bon moment !

  • qualité d’écriture: 3/5
  • personnages: 5/5
  • monde: 5/5
  • plaisir de lire: 3/5

Citation:

« Un Anneau pour les gouverner tous.
Un Anneau pour les trouver.
Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier. »

« Tout ce qui est or ne brille pas,
Tout ceux qui errent ne sont pas perdus,
Le vieux qui est fort ne dépérit point.
Les racines profondes ne sont pas atteintes par le gel.
Des cendres, un feu s’éveillera.
Des ombres, une lumière jaillira;
Renouvelée sera l’épée qui fut brisée,
Le sans-couronne sera de nouveau roi. »

« Nombreux sont ceux qui vivent et qui méritent la mort. Et certains qui meurent méritent la vie. Pouvez-vous la leur donner ? Alors, ne soyez pas trop prompt à dispenser la mort en jugement. Car même les très sages ne peuvent voir toutes les fins. »
(Gandal)

 

Publicités

10 réflexions sur “La Communauté de l’Anneau de J.R.R Tolkien

  1. Je ne dirai pas que le problème est la qualité d’écriture, mais plus la traduction. D’ailleurs, une nouvelle traduction est sortie l’an dernier (« La Fraternité de l’anneau »), et elle est apparemment plus proche, plus poétique de la VO.
    Pour ce qui est des personnages et des lieux… c’est sûr, il faut rester concentrée la première fois qu’on lit ce livre ! Mais quand je l’ai relu et re-relu, j’avais déjà appréhendé une première fois cette partie du livre, et j’ai donc pris beaucoup de plaisir dans mes relectures 🙂

    Aimé par 1 personne

    • L’écriture est très poétique (même dans ma traduction) mais c’est un livre assez complexe. Je pense effectivement qu’on prend beaucoup de plaisir à le relire, une fois familiarisez avec les personnages et la carte. Je tenterais peut-être l’expérience plus tard mais d’abord je vais finir la saga. En espérant que les tomes suivants sont de la même qualité.

      Aimé par 1 personne

  2. Dear Maïssa,
    il me semble que la lecture du Hobbit permet d’accéder plus facilement à la trilogie du Seigneur des Anneaux. Je me suis d’ailleurs beaucoup attachée à ce petit livre magique. J.R.R. Tolkien a bâti un univers fabuleux, une mine de trésors pour l’imagination. Merci de citer cet auteur merveilleux.

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Bilan du mois de mai | Lestrange in wonderland

  4. Pingback: Potter Tag | Lestrange in wonderland

  5. Pingback: Christmas in Wonderland Tag | Lestrange in wonderland

  6. Pingback: Bilan du mois de décembre | Lestrange in wonderland

  7. Pingback: Lestrange in wonderland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s