Love Letters to the Dead d’Ava Dellaira

couv24084797Présentation :

Auteur: Ava Dellaira

Genre: young-adult

Date: 2014

Édition: Hot Key Book

Résumé :

Tout commence par un devoir pour le cours d’anglais : écrire une lettre à une personne morte. Laurel choisit Kurt Cobain parce que sa sœur, May, l’adorait et parce que comme elle, il est mort jeune. Peu à peu Laurel, va écrire d’autres lettres à d’autres personnes mortes : Janis Joplin, Heath Ledger, Amy Whinehouse, Jim Morrisson, Judy Gerland … Au fil des lettres, Laurel raconte sa vie dans son nouveau lycée, son deuil, ses nouvelles amitiés, son premier amour, mais surtout son passé, celui qu’elle ne peut plus fuir et auquel elle va devoir faire face.

Avis :

On se retrouve aujourd’hui pour une lecture en VO (mais si le livre vous tente sachez qu’il est aussi sorti en français). Ça fait un moment que j’ai envie de le lire, et comme Fanny m’a gentiment prêté ce livre j’ai sauté sur l’occasion. Merci Fanny ! Tour à tour détesté et adoré, une chose est sûre ce livre ne m’a pas laissé indifférente.

Mais avant de se lancer dans le pourquoi du comment, je vais vous expliquer pourquoi je l’ai lu en anglais (et pourquoi vous devriez essayer). Je n’ai certainement pas le niveau de Fanny en anglais, le mien est bien plus, disons, laborieux, et pourtant ce livre était fait pour moi (et donc pour ceux qui commencent à lire en anglais). L’anglais est très simple, sans vocabulaire compliqué, ni technique. Alors certes, j’ai dû aller chercher la signification de certains mots d’argot, mais, dans l’ensemble, c’était une lecture assez simple. En plus, le format des lettres oblige à faire plus ou moins court (elles deviennent de plus en plus longues mais sans jamais dépasser 4 pages). Pas de longues digressions impossibles où on se perd ni de longues descriptions incompressibles. Bref, je pense que ce livre est parfait pour les débutants. Si j’ai pu m’en sortir, vous aussi vous y arriverez !

Bon revenons un peu à l’histoire en elle-même. J’ai adoré le concept de lettres à des morts (surtout ceux-là). C’était une manière de traiter l’histoire de façon assez originale et ça m’a tout de suite plu (c’est d’ailleurs le nom de certains correspondants qui m’a décidé à lire). On apprend certaines choses sur ceux à qui les lettres sont destinées mais rien de stupéfiant pour qui connaît un peu leur bibliographie. Après ça ne reste qu’un moyen d’introduire l‘histoire de Laurel.

L’histoire de Laurel, justement, m’a paru assez banale au début : une lycéenne qui débarque dans un nouveau bahut, qui ne connaît personne mais qui a repéré ce garçon et bien sûr elle va finir par se lier d’amitié avec des filles de sa classe pas comme les autres et se rapprocher du garçon. Bref le gros cliché quoi. Mais ce qui m’a poussé à continuer ma lecture au-delà des premières pages c’est qu’on sent dès le début que les circonstances de la mort de la sœur de Laurel, May, sont particulières, puisque à la base Laurel refuse d’en parler et même considère que c’est de sa faute si sa sœur est morte. C’est ce mystère autour de cette mort qui a réussi à entretenir mon intérêt. Et ma patience a été récompensée parce qu’au fil des pages l’histoire devient plus complexe, du moins la partie concernant le passé de Laurel, parce que son présent lui reste cliché du début à la fin. J’ai adoré apprendre plus de chose sur May, les circonstances de sa mort et sa relation avec sa sœur. May reste même à la fin un personnage mystérieux car on ne la voit toujours qu’à travers les souvenirs que Laurel, or Laurel est subjective, puisqu’elle idolâtre sa sœur. J’ai été totalement chamboulée par ce qui arrive à Laurel dans le passé, et certaines scènes m’ont tellement dérangé que j’avais envie de balancer le livre (Non Fanny ne t’inquiètes pas je ne l’ai pas fait, ce n’est qu’une image ! Tu me connais je prends très soin des livres.). Certains thèmes abordés dans ce livre sont assez dérangeants, et c’est pour cette raison que je pense qu’il n’est pas à mettre dans toutes les mains, mais je n’en dirais pas plus pour ne spoilier personne.

Au-delà d’une histoire de deuil c’est surtout un roman d’initiation sur comment passe-t-on de l’enfance à l’adolescence. Pour Laurel ça s’est longtemps résumé à suivre les traces de sa grande sœur, mais une fois qu’elle est morte Laurel doit apprendre à grandir par elle-même et faire face à son passé. Laurel se débat avec le chagrin, la colère, la culpabilité, ce qu’on a tous déjà connu. Et ce sujet est, je trouve, assez bien traité, même si la fin ne m’a pas du tout convaincue, trop facile à mon goût. J’ai aimé suivre l’évolution du personnage de Laurel ainsi que de ses amis, qui au fil du temps gagnent en épaisseur. Je me suis complètement identifiée à Laurel, retrouvant en elle mes questions et mes réactions, ce qui rend encore plus bouleversant ce qu’on apprend sur elle. Il y a quelque chose chez ce personnage qui m’a touchée. Je peux pas vraiment dire que je l’aime bien mais plutôt que je la comprends.

J’ai eu un problème avec les personnages qui sont pour la plupart de gros clichés (oui c’est le mot du jour et il risque de revenir souvent). Le pire, je pense, c’est la tante Amy, hyper catho, veille fille, amoureuse d’un missionnaire qui n’en a rien à faire d’elle. Après chaque personnage peut-être résumé en quelques mots : Hannah c’est la fille qui enchaine les mecs, Nathalie est anticonformiste, Kristen la fille bien sous tous rapports. Bref vous avez compris. Mais malgré tout cela la plupart restent attachants. Même si j’ai eu du mal avec Nathalie, j’ai apprécié (des fois) Sky pour son côté protecteur et surtout pour ses gouts musicaux et Hannah pour sa fragilité, même si parfois je ne comprends pas leurs réactions. Le pire je pense c’est les adultes en général, entre la prof trop attentionnée ou la mère qui est parti à l’autre but du pays à la suite de la mort de l’une de ses filles, et le père qui n’est plus qu’un zombie. Aucun des parents ne semble vraiment remplir son rôle ni être sain d’esprit. Le pire c’est quand même la mère de Sky qui en tient une sacrée couche. Non mais il y a pas un seul adulte à peu près correct dans tout le roman ! Les seules personnages que j’ai vraiment aimé sont : Tristan (pour ses réflexions bien menées), May (pour son comportement) et surtout Laurel. C’est trois là sont pour moi les meilleurs personnages de ce roman, et ceux auxquels je me suis attachée.

Alors certes, dit comme ça le livre semble très moyen et ce n’est effectivement peut-être pas l’histoire du siècle, mais ma review ne rend pas vraiment hommage au raz-de-marée d’émotions qui nous submergent quand on lit ce livre. On est embarqué dans les sentiments de Laurel, par une écriture à la fois simple et touchante. J’ai été très touchée par l’histoire de cette fille qui écrit pour exorciser sa peine. Ce livre est un morceau de sa vie, de son histoire, de son âme. C’est un récit très personnel, qui j’en ai conscience ne peut pas plaire à tout le monde, et c’est justement parce qu’il est si personnel qu’il est très difficile d’en parler et de mettre des mots sur les émotions et les sentiments que le  livre nous fait ressentir.

En conclusion :

Je ne sais pas vraiment quoi penser de ce livre. J’ai beaucoup aimé ma lecture par moments, tout en la trouvant trop cliché à d’autres. Mais dans l’ensemble c’était une lecture agréable. Dans tous les cas, j’ai été profondément touchée par le personnage de Laurel, son passé et la façon dont elle réagit. Il est très dur de parler de ce livre parce que chacun y régira différemment, donc je vous invite vraiment à vous faire un avis par vous-même.

Sur ce, bonne lecture à tous. Et n’hésitez pas à me laisser en commentaire vos avis si vous avez lu ce livre, et ce que vous en avez pensé.

Note: 3.75/5 : une lecture agréable.

  • qualité d’écriture: 4/5
  • personnages: 3/5
  • monde: 4/5
  • plaisir de lire: 4/5

Citation:

“There are a lot of human experiences that challenge the limits of our language,” she said. “That’s one of the reasons that we have poetry.” – « Il y a beaucoup expériences humaines qui se heurtent aux limites du langage, m’a-t-elle dit. C’est une des raisons pour lesquelles nous avons la poésie. »

Publicités

5 réflexions sur “Love Letters to the Dead d’Ava Dellaira

  1. Pingback: LIBRE PUPITRE : FLEUR DE MARS | Zigomafix

  2. Pingback: Bilan du mois de mars | Lestrange in wonderland

  3. Pingback: Bilan du mois de mars – Maïssa | Lestrange in wonderland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s