Ecriture Créative – 1

L’écriture créative.

Si simple pour certains et si compliqué pour d’autres.

Comme beaucoup, j’ai un rêve un peu inaccessible. Ayant toujours aimé écrire, parfois je me laisse penser : pourquoi ne pas en faire mon métier ?

Et bien, voilà pourquoi : se faire publier est très dur et, à moins de vendre des millions de copies, ça ne rapporte pas grand-chose. Parce que, oui, il faut de l’argent pour vivre car, malheureusement, on ne peut se nourrir d’histoire indéfiniment.

Mais un rêve est un rêve et celui-ci sera surement le mien jusqu’à ce que je sois vieille et que je ne puisse même plus taper sur mon clavier.

Ce que je préfère dans l’écriture créative c’est la liberté. Lorsque je commence une histoire, la feuille est blanche et c’est à moi de la noircir avec mes idées. Il y a aussi un sentiment très gratifiant d’accomplissement lorsque l’on voit son histoire avancée et qu’on se dit que c’est nous qui avons créé tout cela de A à Z.

Il n’y a rien de tel que le moment où une idée me frappe en pleine gueule et qu’il faut vite que je la couche sur papier (ou dans mon cas, dans mon ordinateur) pour ne rien oublier. C’est le moment où l’aventure commence, où tout est encore possible et il ne tient qu’à moi de créer le monde que je veux.

Mais un monde n’est rien s’il n’est pas peuplé de gens intéressants. Et une bonne idée n’est rien, rien du tout, si elle est mal écrite.

Et c’est là que les ennuis commencent généralement.

Comment transformer la plus simple des idées en un livre de 300 pages (minimum) ? Comment rendre les personnages intéressants ? Et surtout, comment faire en sorte d’accrocher le lecteur ? Si je blesse un de mes personnages, je veux que le lecteur lui-même ressente la blessure. Si je le laisse volontairement de côté pendant plusieurs chapitres, je veux que le lecteur soit prêt à continuer à lire pendant des heures pour le revoir.

Et si je décide d’accorder au personnage tout ce qu’il mérite, je veux que le personnage s’autorise à ressentir autant de joie que lui ou elle.

Pour faire simple, je veux que le lecteur se sente aussi à nu que le personnage ou même moi, l’auteur.

Et cela n’est pas simple du tout.

Ce travail commence bien en amont et ne s’arrête vraiment qu’au moment où l’on écrit le tout dernier mot de la dernière phrase du dernier chapitre.

Une fois que j’ai (à peu près) cerné les personnages, il faut créer un monde de toute pièce. L’idée n’est pas assez, je dois trouver un équilibre parfait entre un univers crédible et facile à imaginer et du jamais vu avant. En d’autres mots, pas du n’importe quoi mais pas notre monde de tous les jours non plus.

En même temps que je créé le monde et les personnages, j’imagine l’intrigue. Qu’est-ce que je pourrais bien faire faire à tous ses hommes et ses femmes que j’ai inventés ? Pourquoi leurs vies seraient-elles différentes dans cet univers fictif que dans notre monde réel ? Quel est le but, le dernier chapitre, que je cherche à atteindre ?

Cette étape est peut-être l’une des plus compliquées, mais c’est également de loin l’une des plus marrantes. Et surtout, l’une des plus créatives, et donc ouvertes.

Et lorsqu’enfin j’ai dépassé les limites de mon imagination, le travail réel d’écriture commence.

Et ça, c’est encore toute une autre histoire.

 

Et vous ? Vous vous sentez l’âme d’un auteur ? Ou, au contraire, vous préférez rester dans la chaise du lecteur ?

Publicités

2 réflexions sur “Ecriture Créative – 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s