The Legend of Sleepy Hollow and other stories de Washington Irving

sleepy hallowPrésentation :

Auteur: Washington Irving

Genre: contes, horreur, nouvelles

Date: 2013 (1er parution: 1820)

Édition: Sterling

Résumé :

Comme son nom l’indique, ce livre regroupe plusieurs histoires du même auteur, a commencé par La Légende de Sleepy Hollow, où plutôt celle de son cavalier sans tête. Mais on y trouve aussi trois autres histoires. Rip Van Winkle, ou l’histoire d’un homme qui se laisse embarquer dans une fête de gobelins et qui doit faire face aux conséquences; The Specter Bridegroom (le spectre du jeune marié), l’histoire d’une femme qui devient veuve avant même d’avoir pu embrasser son mari. Et la dernière est The Devil et Tom Walker, cette fois tout est dans le titre, puisqu’il s’agit de la rencontre de Tom Walker et du Diable. Ces quatre histoires sont des classiques de la littérature américaine.

Avis :

Ce livre est ma lecture d’Halloween, mais comme je n’ai pas l’aisance de Fanny avec les langues étrangères, j’ai mis pas mal de temps pour le lire. Donc vous l’aurez surement compris, je vais vous présenter un livre en anglais. Je dois avouer que je ne connaissais pas ce classique avant de tomber dessus dans une libraire. Mais je connaissais le film de Tim Burton, Sleepy Hollow dont je suis une grande fan, donc je me suis dit que c’était peut-être un bon moyen d’en savoir un peu plus sur le cavalier sans tête. Je suis aussi tombée amoureuse de la couverture donc il était évident pour moi de lire ce livre pour Halloween. L’écriture de Washington Irving est assez simple à lire (si j’ai réussi vous ne devriez pas avoir trop de mal), parce que même s’il utilise un langage assez travaillé, les mots qu’ils utilisent sont assez récurrents, et son œuvre ne porte pas le style pompeux et compliqué de l’ancien anglais.

Et je n’ai pas été déçue, ce livre était absolument parfait pour Halloween. Il est formé de quatre nouvelles distinctes mais qui ont en commun un même arrière-plan : trois se passent dans la même région des Etats-Unis et une en Allemagne. Dans toutes on retrouve ses mêmes légendes et ce même monde fantastique. Washington Irving a vraiment un don pour créer une atmosphère où le fantastique devient possible. Toutes les histoires se passent dans un lieu où même la description devient mystique. Il y a une grande importance des bois et des rivières autour de l’Hudson, puisque c’est là que se passe la plupart des histoires. On est vraiment embarqué dans ces univers et ces lieux grâce à l’auteur qui arrive à créer une atmosphère bien spécifique, et présente ces histoires comme des faits. Washington Irving arrive à rendre de façon vivante et intéressante, les paysages américains et la culture des premiers américains. De plus mon édition est illustrée avec des dessins magnifiques dont je n’ai qu’un regret : qu’ils ne soient pas plus nombreux.

L’autre point fort de ce livre c’est que c’est un classique. On y retrouve l’origine de beaucoup de légende, et ce retour aux sources les rend d’autant plus vivantes. C’est le genre de livre qu’on peut relire plusieurs fois, à différents moments sans s’en lasser. Il m’a vraiment ramené aux origines d’Halloween, des légendes et des histoires effrayantes sans tomber non plus dans le film d’horreur, et c’était exactement ce dont j’avais besoin. En plus il s’agit d’un des premiers exemples de ce qu’on peut appeler la littérature américaine, puisque Washington Irving est considérer comme l’un des premiers hommes de lettres américains. Et cela se sent dans les histoires puisqu’il fait beaucoup références au fait que ces personnages ont des origines allemandes, hollandaises ou anglaises. Dans ce livre, on voit la cristallisation des légendes du Vieux Continent qui donne vie aux croyances de ce nouveau pays. Donc ce livre est une part de l’histoire en lui-même et je trouve que c’est une merveilleuse façon l’aborder.

Mais avant de faire partie de l’histoire ce sont surtout de très belles histoires, agréables à lire. On y retrouve la plupart des aspects de la vie quotidienne, et les romances y sont bien racontées. Elles ne tombent pas dans le drame, ou le « too much » comme c’est trop souvent le cas dans les livres de nos jours, et elles sont racontées de façon touchantes, avec une langue très travaillé (mais pas non plus hyper compliquée puisque j’ai réussi à le lire malgré mon faible niveau d’anglais). Cela vient en très grande partie de la façon dont les personnages sont décrits. Ils sont tous très humains, que ce soit le maitre d’école de Sleepy Hollow, ou la jeune fiancée de The Specter Bridegroom, ce qui les rend attachants. J’ai eu un gros coup de cœur pour Rip Van Winkle dans la nouvelle du même nom et son chien Wolf (déjà je trouve son nom génial). Ils ont vraiment réussi à m’émouvoir et je m’y suis plus attachée qu’à tous les autres à cause de leurs histoires et surtout à cause de la manière dont sa femme, qui a bien méritée ce qui lui arrive, les traite. C’est surement grâce aux personnages que cette nouvelle est ma préférée du recueil. A l’inverse j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages de la dernière nouvelle, Tom Walker, et c’est peut-être pour cela que j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire. Mais c’est aussi que je trouve que, contrairement aux autres, cette histoire n’apporte rien de nouveau. Alors que les autres sont de belles inventions, celle-ci reprend le thème déjà plusieurs fois rabâché  du pacte avec le Diable. Bref rien de nouveau, sauf peut-être le Diable lui-même et ses exigences.

Les histoires sont basées sur des intrigues assez simples et facile à suivre, mais qui montrent quand même une grande inventivité, sauf peut-être la dernière. Rip Van Winkle correspond tout à fait à cette description, mais cela n’empêche pas qu’on suit l’histoire avec plaisir et qu’on est même surpris par son dénouement. De même pour The Specter Bridegroom, où personnellement j’avais deviné la fin depuis le début, mais le fait que le doute persiste maintient notre curiosité pendant toute la lecture. Quand a Sleepy Hollow, ça a été une grosse déconvenue. Certes je ne m’attendais pas à la même histoire que le film, et sur ce point j’ai été servie. Mais l’histoire a du mal à se mettre en place. L’auteur insiste plus sur l’ambiance de la ville que sur les actions, et en fait il ne se passe pas grand chose. Alors que c’est la nouvelle la plus longue, c’est celle où il se passe le moins de chose. La véritable narration n’est concentrée que sur une dizaine de page alors que la nouvelle en fait une trentaine. Et en fait on ne voit pas tellement le cavalier et on ne sait pas grand-chose sur lui. Ce qui est dommage. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans cette nouvelle, par contre j’ai adoré comment l’auteur décrit l’ambiance dans la ville de Sleepy Hollow. Au vu de la suite du recueil je pense que Washington Irving s’en sort beaucoup mieux avec des formats plus courts. Mais j’ai été énormément déçue par cette nouvelle parce que contrairement aux autres j’en attendais beaucoup.

Ce qui est bien dans ce recueil, c’est que même si je n’ai pas aimé toute les nouvelles, elles sont toutes des univers à part entière dans lesquels j’ai eu plaisir à entrer. Et chacune d’elle continent un élément au moins, qui attire notre curiosité et reteint notre attention. En très peu de pages, elles arrivent à nous faire entrer dans leurs histoires, nous toucher et embarquer notre imaginaire dans un monde passionnant, au point qu’on ne sait plus s’il s’agit d’histoires ou de fait.

C’était vraiment une lecture agréable qui tombait pile au bon moment pour Halloween. Ça a vraiment été une bonne découverte, et je pense, pourquoi pas, la poursuivre en lisant d’autres nouvelles de cet auteur. Je ne peux que vous en conseiller la lecture même si Halloween est finie.

Sur ce bonne lecture à tous. Et n’hésitez pas à me laisser en commentaire vos avis si vous avez lu ce livre, ou si vous connaissez l’auteur (c’est une vraie découverte pour moi) et ce que vous en avez pensé.

Note: 4/5

  • qualité d’écriture: 4/5
  • personnages: 4/5
  • monde: 5/5
  • plaisir de lire: 3/5

Citation:

« Certain it is the place still continues under the sway of some witching power that holds a spell over the minds of the good people, causing them to walk in a continual reverie. They are given to all kinds or marvelous beliefs, are subject to trances and visions, and frequently see strange sights and hear music and voices in the air. »

 

Publicités

7 réflexions sur “The Legend of Sleepy Hollow and other stories de Washington Irving

  1. Pingback: Bilan du mois de novembre 2015 – Maïssa | Lestrange in wonderland

  2. Pingback: Tag P.O.C.K.E.T J.E.U.N.E.S.S.E | Lestrange in wonderland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s