Journal de Kurt Cobain – double critique

kurt cobainPrésentation:

Auteur: Kurt Cobain

Genre: carnet

Date: 04/05/2005

Édition: 10-18

Résumé:

            Ce livre est une retranscription et un condensé des vingt carnets de Kurt Cobain, le chanteur de Nirvana. On y trouve des notes, des dessins, des paroles de chansons, des lettres, qui permettent de retracer son parcours de ses débuts à Seattle jusqu’à sa tentative de suicide à Rome. On y (re)découvre le Kurt Cobain révolté mais aussi fragile.

L’avis de Fanny:

Moi qui adore Niravana, je n’ai pas beaucoup aimé lire ce lire. J’ai eu l’impression que le carnet avait été publié juste parce cela se vendrait surement bien. En effet, il n’y a eu aucun tri de fait dans les écrits de Cobain. En temps normal j’aurais jugé cela préférable, puisqu’après tout ce n’est pas à l’éditeur de choisir quelle facette du chanteur il faut montré. Or ici, le résultat fait assez… fouillis. Vous allez me dire que cela représente bien les pensées de Cobain et vous avez raison, mais beaucoup des écrits du carnet restent inutiles et ne nous apprennent rien sur lui. Par exemple, les lettres qu’il a écrit à ses amis n’auraient, selon moi, pas du être publié. Personnellement, je ne voudrais pas que l’on publie mes correspondances après ma mort.  Pour ce qui est du reste du carnet, il est personnel, oui, mais Cobain marque lui-même au début de celui-ci « Fouille dans mes affaires et devine moi (ou plutôt essaie de me comprendre) ». Alors bon, cela a suffit a effacé ma culpabilité.

Cela étant dit, j’ai tout de même apprécié de pouvoir me plonger dans les pensées de l’un de mes chanteurs préférés. Si il y a bien une personne (parmi quelques rares artistes) qui m’a toujours fasciné par son géni et sa double personnalité c’est bien lui. Dès les premières lignes, on comprend que Kurt n’était pas vraiment seul dans sa tête, ses pensées s’emmêlant souvent et se contredisant parfois. J’ai beaucoup aimé l’ironie dont il fait preuve même dans ses écrits personnels. Il nous fait vite comprendre son dégout face à certains « artistes » et sa haine contre les journalistes qui déforment tous ses propos ou lui inventent une autre vie. Le livre est également plein de ce qui pourrait devenir de très bonnes citations.

Pour faire simple et court, je finirais par dire que, même si je n’ai pas vraiment aimé le format du livre, j’ai néanmoins apprécié l’opportunité qui mettait donné de mieux comprendre l’un de mes artistes préférés et ne regrette donc pas ma lecture.

Note: 3/5

  • écriture: 2.5/5
  • contenu: 3.5/5
  • plaisir de lire: 3/5

 » L’art est expression, pour s’exprimer il faut disposer d’une liberté intégrale et notre liberté d’expression artistique est sérieusement niquée »

 » C’est pas parce que t’es parano qu’ils sont pas après toi »

 » Si vous pensez que tout a déjà été dit et fait, alors comment se fait-il que rien n’ait été réglé et résolu? »

« Je ne suis pas gay, même si j’aimerais bien, juste pour faire chier les homophobes »

Chanson que m’inspire le livre:

Come As You Are – Nirvana

L’avis de Maïssa:

            J’adore Nirvana, donc quand j’ai vu les carnets de Kurt Cobain je me suis dit que se serait une bonne manière d’en savoir plus sur le groupe. Je m’attendais à un récit structuré un peu dans le même genre que l’autobiographie de Keith Richards. Et j’ai été assez déçue dans un premier temps par le fouillis qui règne, parce que les notes ne sont pas remises dans leurs contextes, puis j’en ai compris l’intérêt. On se retrouve seul face aux notes de Kurt Cobain, ce qui fait qu’on s’y perd un peu. En plus différents textes reprennent parfois les mêmes idées et certains ne sont carrément pas clairs. Mais en sortant d’une simple narration de sa vie, on entre au contact même de son esprit, puisque dans ses carnets Kurt Cobain exprimait ses colères, ses états d’âmes, ce qu’il pensait du monde qui l’entourait et surtout de l’industrie de la musique. On voit l’atmosphère du journal s’assombrir au fil des pages, menant inexorablement à son suicide. C’est intéressant de se trouver face aux notes qu’il a écrit sans relecture. On le voit qui s’arrête parfois au milieu d’une phrase ou qui oublie des mots. On sent une spontanéité dans ce livre.

            J’ai aimé les dessins, les BD et les paroles des chansons. Ça nous permet d’entrer réellement dans l’imaginaire de Kurt Cobain et on voit à quel point il était créatif. Il pensait toujours aux pochettes d’albums, aux clips, ou aux tee-shirts. On voit à quel point il créait en permanence. Les paroles, surtout, montre son travail d’élaboration. Il peut revenir plusieurs fois sur une même chanson, ainsi on voit la genèse de morceaux devenus cultes, et on découvre comment il en est arrivé à ce résultat. J’ai aussi beaucoup aimé que la version originale soit présentée à côté de la traduction, puisque Kurt Cobain avait une typographie particulière (certains mots en majuscule et en gras) et dessinait souvent dans la marge. J’ai aussi apprécié les moments où il parle des difficultés qu’il a rencontré quand il monté le groupe. Il est toujours intéressant de savoir ce qu’il écoutait et ce qui la inspiré. Et sur le sujet Kurt Cobain est assez prolixe car il fait beaucoup de liste de morceaux qu’il aimait.

Donc j’ai vraiment un avis en demi-teinte parce que j’ai beaucoup aimé certains des sujets qu’il aborde et me retrouver face à sa créativité débordante. J’ai apprécié cette entrée dans son esprit même si parfois j’ai été très mal-à-l’aise (comme quand il raconte la vie d’un serial killer). Et j’ai été gênée parfois par le fouillis et la confusion des notes, au point que je n’en ai pas compris certaines. Donc ça reste un livre intéressant pour mieux connaître Kurt Cobain, mais je le conseille qu’à ceux qui connaissent vraiment le groupe (car il n’y a pas de remise en contexte) et qui sont préparés au format très particulier de ce livre.

Note: 3,25/5

  • qualité d’écriture: 3/5
  • personnages: 3/5
  • monde: 4/5
  • plaisir de lire: 3/5

Citation:

« J’aimerais qu’il existe quelqu’un à qui je puisse demander conseil. Quelqu’un qui ne me donne pas l’impression d’être un sale type si je déballe tout et que j’essaye d’expliquer les insécurités qui m’empoisonnent depuis, oh, disons vingt-cinq ans maintenant »

Publicités

2 réflexions sur “Journal de Kurt Cobain – double critique

  1. Pingback: Bilan de lecture du mois de septembre 2015 – Maïssa | Lestrange in wonderland

  2. Pingback: Bilan du mois de septembre – Fanny | Lestrange in wonderland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s